Cote d'Ivoire: Ouverture FEMUA 12/ A'salfo interpelle les politiciens - "Cultivons les valeurs de paix et de tolérance"

Les dérives langagières constatées ces temps-ci dans le marigot politique ivoirien ne sont pas faites pour plaire au lead-vocal des magiciens du Zouglou. Hier, à la cérémonie d'ouverture de la 12e édition du Femua (Festival des musiques urbaines d'Anoumabo) à la place Femua à Anoumabo (Marcory), A'Salfo a tenu à interpeller les hommes politiques. « La Côte d'Ivoire a déjà trop souffert.

Le monde entier nous regarde. Cultivons les valeurs de paix et de tolérance », a-t-il martelé avant de faire noter que l'intérêt général doit être au-dessus des intérêts particuliers.

Pour revenir au festival, A'Salfo a adressé de chaleureux remerciements à la marraine de cette édition, la Première dame Dominique Ouattara.

Ainsi qu'à Jobts Von Kirchmann (ambassadeur de l'Union Européenne), Sango Abdoul Karim (ministre des Arts et de la culture du Burkina Faso, pays invité spécial).

Ainsi qu'aux ministres Maurice Bandaman (Culture et Francophonie) et Bakayoko Ly Ramata (Femme, Famille et Enfant) et à bien d'autres personnalités pour leur soutien sans faille.

Il a ensuite indiqué que la douzième édition revêt un cachet particulier. Cette édition, placée sous le thème « Genre et développement », s'articulera autour de plusieurs sous-thèmes en lien avec l'autonomisation de la femme, le développement durable et la lutte contre la pauvreté.

Par ailleurs, des panels et rencontres permettront de porter des réflexions et de faire des propositions en vue de poursuivre les actions du gouvernement en matière de promotion du genre et de développement durable.

La marraine Dominique Ouattara, a quant elle, attesté que cela fait douze ans que le Femua enchante le public ivoirien.

Elle a salué les différentes délégations venues du Burkina Faso ainsi que les nombreuses personnalités qui l'accompagnent. La marraine a relevé la qualité des artistes invités sur les différentes scènes du festival.

« Au fil des années, grâce au travail acharné de nos "magiciens", ce festival urbain est devenu l'un des plus grands évènements musicaux du continent », s'est-elle réjouie.

Pour la Première Dame, en déployant les activités du Femua cette année à Abidjan et à Gagnoa, cela relève de la volonté de faire de ce festival, un réel vecteur de développement et de cohésion sociale et de faire vivre des moments de joie aux populations ivoiriennes.

« En effet, depuis 2008, la Fondation Magic System a posé de nombreuses actions sociales au profit des populations ivoiriennes. Notamment la construction d'école primaire et maternelle, etc. », a-t-elle félicité le groupe et la Fondation Magic System.

Pour la marraine, les magiciens sont les dignes ambassadeurs de la Côte d'Ivoire. C'est pourquoi, « nous sommes très fiers de ce qu'ils réalisent pour le rayonnement culturel et artistique de la Côte d'Ivoire et en Afrique mais aussi dans le monde. Bravo ! ».

Maurice Bandaman, Jobts Von, le maire de Marcory Abi Raoul, le ministre burkinabé Sango Abdoul Karim ont exprimé leur satisfaction au groupe Magic System. Ce, pour leur dévouement, qui a hissé le Femua à un niveau international.

La marraine a fait des dons de plus de 50 millions de FCFA dont lune partie servira à la réhabilitation de l'Institut de Formation et d'Education Féminine (IFEF) d'Anoumabo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.