25 Avril 2019

Congo-Kinshasa: Une cigarette allumée provoque l'incendie d'une voiture

Insultes aux enfants et aux parents, incendie d'une voiture et tentative d'incendie de la maison : telles sont les infractions retenues à charge de Zéphirin Kabongo par le Tribunal de paix de Ngaliema, pour avoir fait vivre l'enfer à une famille composée de 5 personnes, résidant sur l'avenue camp Munganga, dans la commune de Ngaliema, à Binza/Ozone.

En effet, Mukadi wa Mukadi Germain, partie civile dans la présente affaire, éprouve des difficultés à dormir comme le reste de sa famille depuis près de 2 ans. Le détenu Zéphirin Kabongo, terrorise sa famille du matin au soir pour des raisons inavouées. C'est pour ce motif qu'il a saisi le tribunal des céans pour les départager.

Ses avocats ont fait savoir que le prévenu précité fumait la cigarette. Il y avait de la fumé un peu partout dans le périmètre. Il ya eu contact entre la cigarette et de l'essence qui se trouvait dans le réservoir du véhicule du plaignant. C'est ce contact là qui a provoqué l'incendie. Heureusement que seule la voiture a été endommagée, pas de perte en vies humaines.

Ces praticiens du droit ont ajouté que ce dernier est un provocateur. A l'époque il avait même bloqué l'entrée à son voisin et mis des briques afin de l'empêcher de se déplacer avec sa voiture.

Selon ses avocats, leur client Germain Mukadi wa Mukadi réside dans la même parcelle que le prévenu Zéphirin Kabongo. Lui et sa famille occupent la grande maison et ce dernier vit à l'annexe, en tant que neveu du bailleur. C'est un fumeur de cigarette, il a l'habitude de fumer tout près du véhicule de la partie civile, et il n'aime pas des reproches, il tourmente toute sa famille. Il a traité la fille de cinq ans du plaignant de pute, celle de 3 ans de droguée et le bébé de 6 mois de dummy car elle ne marche pas encore bien, ont fait savoir les mêmes avocats.

« Nous ne dormons plus, confie l'épouse de la plaignante aux juges. Notre couple en ressent les effets. Nous sommes fatigués et nos enfants ont peur. Ils ne veulent même plus aller jouer dehors dans notre cour. Même leurs amis ne veulent plus venir, car c'est l'enfer».

Le ministère public a proposé au tribunal une peine de 2 ans assorti d'une approbation de 2 ans et d'une amende de 5000 dollars. Le but poursuivi est d'empêcher le délinquant d'importuner davantage ses voisins

Les avocats de la partie civile estiment que la peine proposée par le ministère public est clémente. Ils auraient préféré que ce voisin croupisse en prison pendant plusieurs années. Comment un voisin peut tenter d'incendier la résidence d'une famille avec de jeunes enfants ?

En réplique, la partie adverse a plaidé coupable et présenté ses excuses. « Je n'ai pas de mots pour m'excuser, j'avais agi sous l'influence des gens du quartier. Je regrette mes actes. Je n'ai pas d'argent pour réparer les préjudices. Veuillez me pardonner, je ne suis qu'un petit enfant», a martelé le prévenu Zéphirin Kabongo. «Je suis sans abri, le propriétaire de la parcelle m'a mis dehors, je ne sais plus où aller», a-t-il ajouté.

Ses avocats ont sollicité des circonstances atténuantes en faveur de leur client, car il a avoué les faits et n'a pas agi seul mais sous l'influence des gens. Murka

Congo-Kinshasa

L'Assemblée mondiale de la santé discute comment contenir l'épidémie d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola, qui sévit depuis neuf mois en République… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.