Ile Maurice: Pédophilie - Une pétition pour revoir la sentence de Michel de Ravel

Lancée il y a deux jours, cette pétition sur change.org a atteint plus de 3200 signatures, ce vendredi 26 avril à 10h30.

Signée de «Stop PEDO », la pétition réclame «que la magistrate qui a accordé la libération (de Michel de Ravel, NdlR) revoit la condamnation et qu'une peine d'emprisonnement soit imposée au pédophile».

Michel de Ravel de l'Argentière a en effet été condamné, mercredi 24 avril à des amendes (caution de bonne conduite), alors qu'il a été reconnu coupable sous 21 chefs d'accusation pour attentat à la pudeur sur huit victimes mineures. Créant une vague d'indignation.

Les victimes, notamment, étaient choquées et en larmes après la prononciation de la sentence. L'une d'elle s'est confiée à l'express, hier, jeudi 25 avril.

Le sentiment de «grande victoire» qu'elle et sept autres victimes avaient ressenti l'année dernière, lorsque Michel de Ravel avait été reconnu coupable, a laissé place à la «déception» mercredi en cour intermédiaire. «C'est vrai qu'on est extrêmement déçues de la décision de la Cour», témoigne la jeune femme qui avait comme watching brief Me Yanilla Moonshiram. «Il nous a fallu beaucoup de courage pour nous mettre à nu et parler de nos blessures les plus profondes», relève-t-elle.

Espoirs placés dans le DPP

N'empêche, elle ne baisse pas les bras. «Nous allons continuer à avancer et à encourager d'autres victimes à aller de l'avant.» Ses espoirs se portent désormais sur le bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP). La jeune femme dit espérer qu'il va interjeter appel. D'autant que, pour elle, «ce jugement va créer un précédent. Si un homme comme Michel de Ravel, un pédophile reconnu coupable d'avoir abusé de huit filles, est relâché, quel message est envoyé aux autres ? À tous ceux et celles qui vivent cela seuls ? Il est impératif que ces crimes soient dénoncés et je ne souhaite pas que cette sentence décourage d'autres à aller de l'avant.»

Malgré tout, la jeune femme se dit «libérée» d'un poids. «La route a été longue mais libératrice. On ne reste pas victime toute sa vie. Nous avons la vie devant nous et il est hors de question de laisser ce que nous avons subi nous définir.»

La future mariée se veut optimiste. «Je sais que ma vie sera belle et que mes enfants seront sensibilisés.» A-t-elle un message pour les victimes d'abus sexuels ? La jeune femme les exhorte à ne pas se sentir coupables et à dénoncer leurs agresseurs.

«Rien n'empêche un prisonnier de se faire soigner à l'hôpital»

Sollicité pour un avis légal, un homme de loi explique que c'est à la discrétion de la magistrate d'imposer la sentence. «Le laps de temps joue un rôle mais rien n'empêche un prisonnier de se faire soigner à l'hôpital ou par un médecin attaché à la prison.»

Pour lui, une peine d'emprisonnement doit être imposée à Michel De Ravel de L'Argentière. «On dit que 'Justice must be seen to be done'. Et dans ce cas présent, il fallait envoyer un signal fort à la société.»

Rita Venkatasawmy, l'Ombudsperson for Children, avait également dit «comprendre la colère des victimes» et les avait invitées à ne pas se laisser aller au découragement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.