26 Avril 2019

Madagascar: Marc Ravalomanana - Appel à la communauté internationale

Marc Ravalomanana demande à la communauté internationale de réagir.

Le président national du TIM ne cache pas ses inquiétudes face aux menaces sur la stabilité politique dans le pays.

« Je ne peux pas me taire car la stabilité et la démocratie sont en danger. » C'est en ces termes que l'ancien président Marc Ravalomanana interpelle la communauté internationale sur la situation politique à Madagascar. Dans une lettre ouverte adressée à cette communauté internationale, le président national du TIM déplore la fragilité de la paix politique et de la démocratie, et ce malgré le fait que Madagascar a pu organiser une élection présidentielle sans contestation postélectorale en 2018. « J'ai accepté de me plier aux résultats de cette élection malgré les irrégularités. Je pensais que le peuple malgache ne pouvait plus endurer une nouvelle crise politique et que les politiciens devaient faire primer leurs intérêts particuliers sur l'intérêt général. », rappelle Marc Ravalomanana dans sa lettre.

Exclusion. Par ailleurs, Marc Ravalomanana fustige la politique d'exclusion pratiquée par le nouveau pouvoir. « Je militais pour la réconciliation nationale au lendemain de l'élection présidentielle de 2018. J'ai tendu ma main lorsque je demandais à rencontrer le président de la République et le premier ministre. Ma première demande d'audience date de 27 janvier 2019, mais ma demande reste sans suite jusqu'à présent. Pire, le nouveau pouvoir vient de confirmer sa politique d'exclusion en décidant unilatéralement et sans concertation préalable avec les parties prenantes, de faire organiser un référendum constitutionnel le même jour que les Législatives prévues le 27 mai. Or, une démocratie nécessite un dialogue. », Affirme-t-il. Avant d'enfoncer le clou : « Il est inacceptable de changer les règles du jeu en pleine compétition. Une équipe deviendra à la fois juge et partie.»

Médiation. Face à cette situation, l'ancien président Marc Ravalomanana lance un appel à la communauté internationale pour que celle-ci mène une médiation diplomatique dans l'objectif d'instaurer le dialogue entre le pouvoir et l'opposition. « J'ai déjà tout fait, mais mes efforts sont limités. », reconnaît-il dans sa lettre. Le président national du TIM de souligner : « Je suis convaincu que tous les Malgaches sans exception doivent avoir leur place dans l'apport de leur contribution au développement du pays. » Le président national du TIM mise sur l'intervention de la communauté internationale pour l'instauration d'une démocratie participative, garante de la stabilité politique.

Madagascar

Manque de volonté politique dans la lutte contre la corruption

À Madagascar existe un manque de volonté politique pour lutter contre la corruption. C'est la conclusion… Plus »

Copyright © 2019 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.