Cameroun: Déclaration du Tribunal article53, suite aux bagarres entre les populations de la ville d'Obala

Cameroun - Le Tribunal article53 s'indigne devant l'absence de communication des autorités locales et gouvernementales. Les morts seraient-ils hiérarchisés ?

Nous nous indignons qu'à ce jour il n'y ai aucune interpellation, aucune action envers les victimes.

Le Tribunal article53 s'offusque fortement de ce que la force de la loi ne soit pas appliquée sur des gens armés et visiblement animés de la haine.

La République ne doit pas faire du deux poids deux mesures : toutes les actions à fortiori des crimes à mains armées sont fortement réprimandés par la loi et traduit au Tribunal militaire.

A Obala la loi, la force publique a cajolé des présumés assassins, avec armes à la main.

Le Tribunal article53 prends à témoin l'opinion nationale et internationale de ce que une marche peut vous conduire au tribunal militaire avec détention provisoire et certains assassinats conduisent à des négociations.

Cette omission, cette faute n'est pas de nature à consolider l'intégration nationale et le vivre ensemble.

Le Tribunal article53 tient le gouvernement responsable de cette déflagration et exige des enquêtes judiciaires et une action pénale.

Pour le Tribunal article53

Kuissu Mephou Gérard

Coordonnateur national

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.