26 Avril 2019

Sénégal: Emigration clandestine - "Des réponses durables" s'imposent (gouverneur)

Tambacounda — Le gouverneur de la région de Tambacounda (Est), El Hadji Bouya Amar, a estimé vendredi, que la résolution du problème que pose l'émigration clandestine nécessite"des réponses durables".

"Aujourd'hui, il faut avoir des réponses durables pour régler la question de l'émigration au Sénégal. Au-delà des questions réglementaires, légales et les questions de réponse de développement, il nous faut davantage parler des questions de règlement de l'émigration clandestine, et pas des réponses ponctuelles", a-t-il notamment dit.

Il s'exprimait à l'ouverture d'un séminaire de trois jours (26-28 avril), organisé par l'Agence de Presse sénégalaise (APS), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA).

Cette rencontre axée sur le thème "Les médias face aux enjeux des migrations", a enregistré notamment la présence du directeur général de l'APS, Thierno Birahim Fall, de la chargée des programmes de la FKA, Ute Bocandé.

"Nous devons aujourd'hui avoir au Sénégal des partenaires qui peuvent nous apporter un impact réel pour éradiquer le problème de l'émigration clandestine. Aujourd'hui, aucune loi, aucun règlement ni arrêt ne peuvent interdire de prendre des risques et aller à l'étranger", a jugé le gouverneur de Tambacounda. Au Sénégal, dit-il, la question de l'émigration clandestine pose de sérieux problèmes.

Saluant la présence de l'APS dans sa région, El Hadji Bouya Amar a appelé les médias sénégalais à davantage s'intéresser à la question de l'émigration pour, selon lui, contribuer à éradiquer ce phénomène dans le pays.

"L'analyse des médias influe sur les politiques publiques, si elle est bonne et pertinente. Les médias doivent davantage s'impliquer dans les questions migratoires. Cela peut permettre aux autorités étatiques de davantage travailler dessus pour trouver les voies et moyens de l'élimination de ce phénomène migratoire", a-t-il exhorté.

Aujourd'hui, a expliqué le gouverneur de Tambacounda, "les jeunes tentent de s'expatrier pour s'enrichir, parce qu'ils ont remarqué, dans leur fief ou ailleurs, de beaux bâtiments construits par d'anciens émigrés".

De fait, il a estimé que "c'est aux journalistes de donner l'exemple par les faits ou les images, afin de permettre aux populations de davantage comprendre les questions migratoires".

"Au Sénégal, nous avons l'agriculture et l'élevage et nous avons toutes les conditions réunies pour réussir dans ces domaines, mais il faudra de la technique, des bras et de la formation pour régler ces problèmes", a-t-il fait remarquer.

Il a salué l'arrivée de partenaires comme l'Union européenne (UE) à Tambacounda qui, selon lui, est en train de développer beaucoup de formations pour permettre aux jeunes de rester dans leur terroir.

Sénégal

Fin des Assemblées annuelles de la BAD - Les gouverneurs pour la poursuite des initiatives en cours

Les 54èmes Assemblées annuelles du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement… Plus »

Copyright © 2019 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.