26 Avril 2019

Mozambique: "Sexe contre nourriture" dénonce Human Rights Watch

Photo: PAM/Deborah Nguyen
António Manuel, qui vit à Pemba, dans le nord du Mozambique, est devant sa maison détruite par le cyclone Kenneth dans la nuit du 25 avril.

Le Mozambique a de nouveau été frappé par un cyclone tropical. Au milieu de ce nouveau drame, l'organisation Human Rights Watch a publié un rapport qui dénonce le marchandage de l'aide alimentaire.

Des femmes sans moyens ont été contraintes d'avoir des relations sexuelles avec des responsables locaux, notamment du Frélimo, le parti au pouvoir, en échange d'un sac de riz selon Human Rights Watch.

Une Mozambicaine a par ailleurs indiqué qu'un responsable du Frelimo aurait réclamé des faveurs sexuelles en échange de riz qu'il transportait pour venir en aide aux sinistrés. La jeune jeune qui ne possédait pas d'argent aurait accepté l'offre pour obtenir de la nourriture pour ses enfants, explique Dewa Mavhinga, responsable de la division Afrique australe de Human Rights Watch.

"Un autre cyclone, le cyclone tropical Kenneth, a touché la côte nord du Mozambique. C'est pourquoi, nous appelons les autorités mozambicaines à mettre en place des mécanismes suffisants afin de protéger les communautés vulnérables. Pour que les personnalités politiques locales n'usent pas de leur position pour abuser sexuellement des femmes vulnérables et des jeunes filles."

Les révélations faites par Human Rights Watch embarrassent les ONG humanitaires qui viennent en aide aux populations en détresse.

C'est le cas notamment du Programme alimentaire mondial qui continue malgré tout son assistance humanitaire témoigne Deborah Nguyen, chargée de communication du PAM à Beira, la deuxième ville du Mozambique, dévastée par le cyclone Idai.

"Pour nous, c'est absolument inacceptable. Ce sont des actes odieux qui doivent être punis. Nous formons les personnes des communautés affectés qui nous aident dans les distributions alimentaires pour les incité à rapporter tout incident de ce type."

Human Rights Watch réclame pour sa part l'ouverture d'une enquête pour interpeler les personnes qui monnayent ainsi une aide internationale qui, à l'origine, leur a été délivrée gratuitement.

Des dégâts matériels

Le puissant cyclone tropical Kenneth qui a une nouvelle fois frappé le Mozambique, jeudi 25 avril, a causé d'importants dégâts dans l'extrême-nord du pays. Il a détruit de nombreuses habitations, arraché arbres et pylônes et tué au moins une personne, selon le premier bilan communiqué vendredi 26 avril par les autorités.

Le cyclone atteint le Mozambique avec des rafales de vents de 280 km/h et un cumul de pluies de 100 à 150 mm d'eau en seulement vingt-quatre heures.

L'interruption des communications entre la zone affectée et le reste du pays rendait vendredi soir tout bilan très aléatoire.

La région frappée par Kenneth est nettement moins peuplée que celle de Beira, dévastée par Idai.

Avant d'atteindre le continent africain, Kenneth est passé mercredi soir au large du petit archipel des Comores. Bilan : au moins trois morts et d'importants dégâts, selon les autorités.

Mozambique

Dix pays potentiellement à risque, selon la Coface

En dix ans, le nombre de conflits a doublé en Afrique. La Compagnie française d'assurance pour le commerce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.