Congo-Kinshasa: Les Congolais invités à s'engager pour «zéro cas de paludisme»

29 Avril 2019

Dr Oly Ilunga Kalenga, ministre de la Santé publique, a invité les Congolais à s'engager individuellement et collectivement pour « zéro cas de paludisme » dans leurs familles. Il s'est ainsi exprimé à Kinshasa, à l'Académie des Beaux-Arts (ABA), le jeudi 25 avril 2019, lors de la célébration de la « Journée mondiale de lutte contre le Paludisme ».

Le thème mondial de cette année est : « Zéro paludisme, je m'engage ! » ; tandis que sur le plan national, le RDC a choisi pour thème : « Je m'engage pour zéro cas de paludisme dans mon ménage ». Dr Oly Ilunga a souhaité voir cet engagement se traduire concrètement dans les faits et les actes de chaque jour et non se limiter uniquement au niveau des vaines déclarations. Et cela impose de nouveaux comportements dans la stratégie de lutte contre le paludisme. Pour le ministre, cet engagement doit se matérialiser à travers la participation des ménages, des familles, des communautés en adoptant des comportements dans la lutte contre le paludisme.

Pour ce faire, la population doit s'assurer que l'environnement domiciliaire ne sert ni d'abri, ni de réserve de reproduction des moustiques. Elle doit dormir sous la moustiquaire imprégnée d'insecticide à longue durée d'action pendant et durant toutes les nuits. Elle doit également bien connaître les signes du paludisme et se présenter à temps au centre de santé le plus proche pour recevoir les soins appropriés conformes à la politique nationale de lutte antipaludique. Le ministre a convié les femmes enceintes à se rendre, dès les premiers signes de grossesses, auprès des services de consultations prénatales pour recevoir les médicaments et les conseils, en vue de se protéger et de protéger leurs bébés. Il a signaler la nécessiter d'approvisionner les sites des soins communautaires et les centres de santé les plus proches des communautés.

RDC : 18.000 décès dus au paludisme

Le ministre n'a pas oublié l'importance des autres aspects de la lutte antipaludique tels que la communication qui doit être organisé à tous les niveaux, l'encouragement des relais communautaires ainsi que l'utilisation des radios et médias communautaires pour la sensibilisation. Poursuivant son allocution, Dr Olly Ilunga a souligné le fait que notre pays a enregistré plus de 18.000 décès provoqués par le paludisme en 2018. Au même moment, la RDC compte près de 18 millions de cas de paludisme, dont 16 millions de cas simples et 1,8 million de cas graves au cours de la même année. Il a indiqué que le Gouvernement et ses partenaires ont mis à la disposition de la population les moyens pour lutter contre ce fléau. En cet effet, plus de 14 millions de moustiquaires imprégnées à longue durée d'action ont été distribuées gratuitement en 2018, dont près de 11 millions, lors des campagnes de distribution de masse.

En outre, près de 2,7 millions de femmes enceintes ont bénéficié de deux doses de Sulfadoxine Pynméthamine et deux millions autres en ont bénéficié jusqu'à la troisième dose. Pour terminer son discours, le Ministre de la Santé a aussi signalé que les prestataires des soins sont actuellement bien formés sur la prise en charge du paludisme simple et grave. Les médicaments et les tests de diagnostics rapides sont disponibles et accessibles et gratuits dans les structures sanitaires publiques. Des stands d'exposition des produits antipaludiques ont été érigés à l'ABA pour accompagner cette journée.SAKAZ

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.