29 Avril 2019

Afrique: Les Seychelles continuent d'évaluer le pacte de libre-échange avec l'Afrique qui entre en vigueur

Les Seychelles poursuivront les discussions et les négociations avant de signer la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), un accord qui pourrait ouvrir la porte à davantage d'échanges commerciaux avec la nation insulaire, a déclaré un haut responsable.

La nation insulaire de l'océan Indien occidental a signé l'accord mais ne l'a pas encore ratifié.

L'Accord de libre-échange continental africain, conclu au mois de mars dernier par l'Union africaine, oblige ses membres à supprimer les droits de douane sur 90% des marchandises, permettant ainsi un libre accès aux produits, aux biens et aux services sur l'ensemble du continent.

L'accord, qui devait être ratifié par 22 des 55 États membres, peut maintenant devenir opérationnel. Le parlement gambien a été le 22ème pays à ratifier l'accord le 2 avril.

«Pour les Seychelles, nous avons signé l'accord, mais nous ne l'avons pas encore ratifié. C'est parce que nous estimons qu'il reste encore des négociations et des discussions à mener avant de procéder », a déclaré mercredi à la SNA Ashik Hassan, directeur du commerce au ministère des Finances.

"Par exemple, il existe des mesures concernant les règles d'origine. Fondamentalement, il s'agit d'une des conditions à remplir pour obtenir le taux de droit préférentiel. Il garantit que le produit que vous exportez sur le marché africain est originaire des Seychelles », a déclaré M. Hassan.

Comme les exportations de la nation insulaire sont très limitées, M. Hassan a souligné qu'il était important que la règle convenue ne restreigne en aucune manière les Seychelles.

Les Seychelles exportent du thon, a-t-il noté. "Mais encore une fois, comment prouver que cela provient réellement des Seychelles lors de l'exportation", a-t-il ajouté.

M. Hassan a aussi déclaré que «en tant que pays, nous ouvrons nos portes pour permettre à nos producteurs de commercer davantage avec d'autres marchés du continent africain à un tarif désormais inférieur. Nous avons un produit intérieur brut (PIB) élevé et nous avons beaucoup de potentiel sur le marché africain. "

Le principal produit exporté des Seychelles provient de l'industrie de la pêche - le deuxième contributeur de l'économie de l'île.

Selon les chiffres publiés par le Bureau national des statistiques des Seychelles au mois de septembre de l'année dernière, les exportations de poisson frais et congelé du mois de janvier au mois de juin de l'année dernière ont atteint 5 025 tonnes, soit une augmentation de 116% par rapport aux 2 451 tonnes de la même période en 2017.

Si les Seychelles ne ratifient pas l'accord, M. Hassan a déclaré que «c'est tout simplement parce qu'en tant que pays, nous devons préserver l'intérêt national. En tant qu'État insulaire, nos économies d'échelle ne sont pas les mêmes que celles des pays du continent africain loin du littoral. Nous ne pouvons pas ratifier quelque chose qui nous désavantage. "

L'accord commercial doit entrer en vigueur dans le mois qui suit le dépôt du nombre requis de visas auprès du bureau du président de l'Union africaine.

Une fois opérationnel, il couvrira un marché de 1,2 milliard de personnes et un produit intérieur brut combiné de 2 500 milliards de dollars, ce qui en fera la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce, il y a sept décennies.

Seychelles

L'agence de notation Fitch revoit la cote des Seychelles en hausse avec un «BB»

La cote de crédit souveraine des Seychelles a pour la première fois été relevée… Plus »

Copyright © 2019 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.