Bénin: Elections sans internet - La population en colère

Les Béninois ont très mal accueilli la décision du pouvoir de couper internet dimanche, jour des élections législatives.

Mécontentement et frustration étaient au rendez-vous hier dimanche 28 avril au Bénin suite à la coupure d'internet. La censure décidée par l'administration Talon est une première depuis qu'elle est au pouvoir.

C'est une décision qui intervient dans un contexte électoral sans suspens que Romain Abilé Houéhou, le président de la Ligue des consommateurs du Bénin, juge arbitraire :

"La manière de couper internet depuis le Bénin a fait mal aux Béninois parce qu'ils n'ont pas été informés à l'avance. S'il y a une menace que l'internet représentait pour le Bénin et les Béninois, on avait besoin juste de leur expliquer la menace et le citoyen béninois se serait préparé pour subir le blackout. On a été surpris par la coupure d'internet qui est devenu quand même un service public et est rentré dans les droits des citoyens aujourd'hui, le droit d'accéder à ce service global de communiquer."

Liberté d'expression

Pour la communauté des internautes au Bénin, c'est un acte qui porte atteinte à la liberté d'expression alors que le pays est considéré comme un modèle de démocratie en Afrique. Ramanou Biaou est le président d'ISOC Bénin :

"A travers les réseaux sociaux, il y a des entreprises qui mettent sur le marché des services, qui mettent sur le marché des produits, des solutions, qui communiquent sur ces solutions. Commencer à restreindre ces réseaux sociaux, cela a forcément un impact et au-delà de l'aspect économique. C'est d'une façon ou d'une autre une restriction de la liberté d'expression qui a été prise contre les Béninois ce 28 avril."

Ce lundi 29 avril dans la matinée, internet a été rétabli mais les autorités béninoises n'ont pas apporté plus d'explications sur la censure et nos tentatives pour les joindre sont restées sans succès.

Cependant, Stevy Wallace du service numérique de la présidence béninoise a réagi à titre personnel sur la toile : "la coupure d'internet, quel que soit le motif pour un pays ou une tranche de la population, est incompréhensible et contre-productive. C'est un outil de travail et d'expression pour nous."

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.