30 Avril 2019

Congo-Kinshasa: Le collectif de médecins réclame la prime de risque

Le Lundi 29 Avril 2019, le collectif de médecins de la République Démocratique du Congo, travaillant aux services de l'Etat, a une fois de plus revendiqué la paie de la prime de risque auprès du Chef de L'Etat. Ce dernier qui, selon eux, leur avait promis le mois dernier, de résoudre cette situation qui joue en leur défaveur. Ces vaillants travailleurs indispensables dans la vie de la population réclament réparation.

Le Docteur Bambi Boloko Gilda, Secrétaire général du collectif national de médecins des services publics, a laissé entendre que le mois dernier, ils avaient marché de la Gare Centrale à la cité de l'Union Africaine pour déposer un mémo sur la table du Président de la République au vu du travail fort dangereux qu'ils abattent dans les hôpitaux de l'Etat sans pour autant recevoir leur dû. Cette marche pacifique avait été organisée sur toute l'étendue de la République.

Arrivés à la cité de l'Union Africaine, les délégués de ce collectif avaient été reçus par le Directeur de Cabinet du Chef de l'Etat, Vital Kamerhe qui a signé tous leurs documents nécessaires et leur a donné rendez-vous le lendemain à Béatrice Hôtel pour entamer la phase des ateliers qui dureront quatre jours avec les représentants du collectif. A l'issue de ces travaux, tous les médecins de la République appartenant à ce collectif seront alignés sur la liste de paie.

Une promesse de plus...

Félix Tshisekedi les avait reçu et avait remis ce dossier entre les mains de son Directeur de Cabinet, Vital Kamerhe, tout en promettant la régularisation de la situation d'ici le 15 avril 2019. Suite à cela, le DirCab, instruit par le Chef de l'Etat, avait monté une commission de travail avec quelques médecins délégués et le Ministère du Budget. Les ateliers de travail avait débuté, mais cette démarche n'a abouti à rien jusqu'à ce jour. Raison pour laquelle, ils ont manifesté pacifiquement pour leur droit ce lundi.

Malgré l'intervention des policiers qui ont tenté de les disperser par gaz lacrymogènes, cela aura été sans impact puisqu'ils ont tout de suite fait recourt à la margarine appliquée sur les visages afin de poursuivre le chemin. Cet acte a été très déploré par les Blouses blanches alors qu'ils avaient adressé une correspondance informant l'autorité urbaine de cette marche pacifique.

Congo-Kinshasa

Après le cas d'Ebola à Goma, l'OMS convoque son comité d'urgence

En République démocratique du Congo (RDC), le virus Ebola est toujours aussi difficile à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.