Bénin: Les législatives laisseront des traces, selon les observateurs

Photo: Le Pays
Manifestations dans les rues de Cotonou

La Commission électorale nationale autonome (Céna) a publié mardi 30 avril 2019 les premières « grandes tendances » des législatives de dimanche dernier au Bénin : 22,99% de participation. Lundi, l'opposition, qui n'a pas pu participer à la compétition, a demandé l'arrêt du processus électoral et de nouvelles élections entièrement inclusives. Une crise s'est ouverte au Bénin et ces élections vraiment singulières marquent un tournant dans la vie politique.

Selon les « grandes tendances » de la Céna, sur 86% de bulletins dépouillés, l'Union progressiste arrive en tête avec probablement 47 sièges devant le Bloc républicain : probablement 36 sièges. Les deux partis sont parrainés par le président Patrice Talon.

Le pouvoir a rappelé que le processus électoral avait été conduit conformément à la loi et qu'il devait se poursuivre. L'opposition, absente de ce scrutin, souhaite l'arrêt du processus et demande nouvelles élections entièrement inclusives, « sinon Talon ne finira pas son mandat », a même lancé l'ex-président Nicéphore Soglo.

Elle n'a pas attendu la publication des premiers résultats pour dénoncer une Assemblée nationale illégitime en raison de l'abstention record. « Même si le pouvoir a la légalité pour lui, il va devoir gérer ces contestations », explique un opposant. « Nous ne renoncerons pas. »

Au Bénin, le chef de l'État ne dispose pas du pouvoir de dissolution. La nouvelle Assemblée nationale restera donc en place pour les quatre années à venir. Difficile dans ces conditions d'entrevoir une sortie de crise, selon professeur de droit constitutionnel Joel Aivo car, explique-t-il, même en imaginant un éventuel dialogue qui déboucherait sur un accord, constitutionnellement, le chef de l'État n'aura pas cette possibilité de dissoudre l'Assemblée pour convoquer de nouvelles élections.

Joël Aivo s'interroge : est-ce qu'on est parti pour quatre années de contestation du Parlement et des lois qu'il va voter ou chacun va-t-il finir par s'accommoder de la situation ? Nous entrons en tout cas dans un cycle d'incertitudes, selon lui.D'après plusieurs observateurs de la vie politique, la démocratie béninoise sort fragilisée de ces élections, le pays a perdu sa sérénité. Ces législatives marquent une nouvelle ère.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.