Bénin: Le ministre de l'Intérieur reconnaît l'usage d'armes par la police

Post-election protests in Benin.

Des centaines d'opposants béninois sont redescendus dans les rues de Cotonou jeudi 2 mai, où ils ont érigé des barricades enflammées pour défier les forces de l'ordre. Une personne est morte ce matin et au moins une autre a été grièvement blessée par balle depuis le début des violences qui ont éclaté mercredi après-midi après le déploiement des forces de sécurité autour du domicile de l'ancien président Boni Yayi dans la capitale économique. Le ministre de l'Intérieur promet une enquête et des sanctions.

Ce fut un 1er-Mai agité dans le quartier de Cadjéhoun au Bénin : des barricades enflammées, dressées par des partisans de Boni Yayi, pour protéger la résidence de l'ancien président béninois. En face d'eux : les forces de l'ordre. Des affrontements éclatent, des tirs à balles réelles sont observés. Deux personnes sont alors hospitalisées dans la nuit, un homme touché d'une balle dans le dos puis une femme qui a succombé à ses blessures ce matin.

À l'origine de ces violences, une rumeur : les autorités voudraient arrêter Boni Yayi. Depuis, la confusion et l'incertitude règnent.

Sacca Lafia reconnaît l'usage d'armes létales par les forces de l'ordre

Le ministre béninois des Affaires étrangères a évoqué la situation du pays ce jeudi matin au cours d'une entrevue avec le corps diplomatique, présent dans son intégralité. « Ce pays n'est pas en crise. Il n'y a pas de situation insurrectionnelle. Il y a des problèmes liés à l'élection que nous essayons de régler »,a déclaré le ministre Aurélien Agbénonci, qui a insisté sur le principe de « respect », d'« amitié » et de « non-ingérence ».

Ainsi, pour le ministre des Affaires étrangères, il n'y a pas de crise. Il a d'ailleurs donné aux diplomates la version des autorités sur ce qu'il s'est passé, hier mercredi, à Cotonou. Son récit est quasiment le même que celui de son collègue de l'Intérieur. À savoir : la police s'est positionnée hier dans une rue perpendiculaire à celle qui mène chez Boni Yayi pour surveiller des groupes de jeunes acheminés vers Cotonou. Des jeunes qui, selon le ministre, devaient descendre dans les rues de Cotonou, et casser. Un projet d'arrestation de l'ancien président n'a jamais existé, a démenti Aurélien Agbénonci. Il qualifie les autres incidents de « jeunes instrumentalisés et galvanisés par des appels à la révolte ». Il a révélé qu'il y a eu des arrestations.

Le ministre de l'Intérieur Sacca Lafia affirme ce jeudi sur RFI que les forces de l'ordre ne sont intervenues que pour « encadrer cette manifestation non déclarée pour empêcher les actes de vandalisme ». Il reconnaît toutefois que « c'est tard dans la nuit qu'il y avait quelques actes qui sont allés contre la consigne donnée » de ne pas faire usage d'armes létales. Une enquête sera lancée, promet-il, et « les sanctions les plus dures seront prises à l'endroit des forces de l'ordre qui sont passées outre la consigne donnée de ne pas faire usage d'armes létales ».

Plus tôt, les autorités avaient démenti l'utilisation de balles réelles, et avaient affirmé qu'il n'a jamais été question d'interpeler l'ex-chef d'État.

Ces troubles surviennent alors que Boni Yayi - entre autres - avait appelé Patrice Talon à annuler le processus électoral. D'où l'inquiétude de son directeur de cabinet, Tigri Alassane.

Nous sommes en face d'un pouvoir entêté qui continue de croire que l'intimidation, l'utilisation de la force peut avoir raison de la détermination des patriotes et du peuple béninois. Nous autre partis de l'opposition, nous avons toujours demandé au peuple d'encadrer ses réactions en respectant scrupuleusement la légalité, en respectant la Constitution. Les actes que le pouvoir déplore qui résulte d'un peuple bien poussé à bout. Si acte de vandalisme il y a, ce n'est pas le fait de l'opposition. La réponse à la crise actuelle n'est pas la répression.

Il y a eu encore des incidents ce jeudi matin, des incendies de pneus notamment dans plusieurs endroits de Cotonou. L'accès à la principale avenue de Cadjéhoun, le quartier où habite Boni Yayi, est bloqué. Le boulevard de la Marina qui passe derrière les bureaux de Patrice Talon est fermé. C'est l'armée qui a pris les choses en main, sans écarter bien sûr la police. On les voit à plusieurs carrefours. Les partisans de Boni Yayi protègent toujours la maison de leur champion.

Et image digne du Bénin, pays du vaudou, ce matin à Cadjehoun, un des supporters de Boni Yayi a disposé des fétiches, une espèce de bouclier vaudou, pour tenir la police à distance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.