30 Avril 2019

Tunisie: La FIJ inquiète de de la mise à l'arrêt de Nessma TV

Photo: 263Chat
(Photo d'archives) - La police de la République du Zimbabwe et la police municipale de Harare ont assiégé le bureau 263Chat aux Batanai Gardens avant de tirer trois bouteilles de gaz lacrymogène à l'intérieur du bureau cubique et ont fermé la porte à l'extérieur, laissant 16 personnes suffoquer à l'intérieur cet après-midi.
communiqué de presse

Jeudi 25 avril, les forces de l'ordre tunisiennes ont forcé à l'arrêt la chaîne de télévision privée Nessma TV, dirigée par Nabil Karoui, candidat à l'élection présidentielle de novembre 2019. Elles ont procédé à une saisie du matériel de la chaîne et ont coupé son signal.

Nessma TV avait à plusieurs reprises été invitée à régulariser sa situation dans le cadre d'une procédure de la HAICA pour « radiodiffusion sans autorisation légale ».

La chaîne est également accusée d'exploiter la situation de pauvreté des femmes et des enfants en les mettant en spectacle de manière humiliante et de n'avoir pris aucune mesure de mise en conformité avec les demandes de la HAICA et la règlementation en vigueur.

La chaîne a, de plus, déclaré ne pas reconnaitre l'autorité de l'instance de régulation et ses décisions, faisant campagne contre elle et se plaçant au-dessus des lois régissant le secteur audiovisuel.

Dans le même temps, la chaîne privée Zitouna TV fait elle aussi l'objet d'une procédure de la HAICA car elle retransmet ses programmes en piratant illégalement une fréquence TV. Elle bénéficie cependant de nombreux appuis politiques, notamment du la part du parti islamiste Ennahdha, pour continuer à diffuser

La situation est semblable pour Quran Radio, fermée le 2 novembre 2017 sur décision de la HAICA. Celle-ci rediffuse de nouveau un mois plus tard sans autorisation de l'instance audiovisuelle. Son propriétaire, Saïd Jaziri, est un membre éminent du parti islamiste Errahma.

Anthony Bellanger, secrétaire général de la FIJ, a déclaré : « Nous soutenons la position de notre affilié le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) qui exige l'application de la loi à l'identique pour tous les acteurs du paysage médiatique tunisien, quelque soit leur orientation et leur opinion sur le gouvernement, a déclaré la FIJ.

Nous sommes également préoccupés par l'instrumentalisation de la décision de la HAICA par le gouvernement.»

En savoir plus

39 journalistes suspendus pour avoir couvert l'arrestation d'un opposant

Sur ordre des autorités ougandaises, 13 médias ont été contraints de suspendre leurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.