3 Mai 2019

Cote d'Ivoire: Salon international du tourisme d'Abidjan (Sita) - Une excellente plateforme de réseautage

Expositions, renforcement de capacités, partage et échanges d'expériences ! Ce sont entre autres activités majeures qui ont marqué la 9è édition du Salon international du tourisme d'Abidjan (Sita), qui a fermé ses portes hier à Abidjan-route de l'aéroport Houphouët-Boigny.

Débuté le 27 avril dernier, avec pour thème: «Synergie du tourisme en Afrique, une force économique», le Sita a connu une affluence, en attendant les statistiques du Commissariat général qui attendait 100.000 visiteurs contre 72.278 en 2018. Couplé cette année avec le Forum d'investissement pour le tourisme africain (Fita), de l'avis des participants et visiteurs, le Sita a fini par convaincre qu'il est une plateforme de référence de l'industrie touristique sur le continent africain.

Surtout qu'il permet de présenter et valoriser les atouts et le potentiel touristique de la Côte d'Ivoire et ceux de l'ensemble des vingt quatre (24) pays participants (le Maroc, le Gabon, la Guinée, le Cap Vert, l'Ethiopie, la France, le Sénégal, le Niger, le Nigéria) avec, en prime, le Burkina Faso comme pays à l'honneur. Mais, par-dessus tout, l'autre constat des spécialistes du tourisme est que les collectivités locales n'ont pas encore perçu l'aubaine que constitue cette plateforme. Du point de vue de la visibilité, de la communication et du réseautage, le Sita reste, pour des structures comme les conseils régionaux et les mairies, un rendez-vous d'expression, d'exposition de tout ce qui constitue l'attraction artistique, culturelle, artisanale et économique dans leur terroir.

Mais, hélas ! La preuve, au "Pavillon Régions" qui leur entièrement dédié, sur les 31 Régions que compte la Côte d'Ivoire, l'on a noté la présence du Gbêkê, le Gbôklé, le Tonkpi, l'Agneby -Tiassa, le Poro, les Grands Ponts, la Nawa, pour ne citer que ceux-là. De plus, le Sita, pendant les cinq jours, en marge des expositions, a offert des instants de cours et de formation. Cela, en vue du renforcement de capacités des animateurs des agences de voyages et autres acteurs du secteur touristique.

Ces formations avaient pour visées d'optimiser la rentabilité des entreprises et structures touristiques de sorte à les arrimer aux normes internationales de gestion du tourisme intérieur et extérieur : tourisme de mémoire, tourisme balnéaire, tourisme des affaires, l'écotourisme. A cela, s'ajoute le plateau artistique alléchant qui a permis, aux troupes et artistes traditionnels des différentes régions, de prester. En tout cas, à l'extinction des lampions du Sita 2019, les puristes et autres observateurs disent leur fierté en la tenue d'un tel événement en Côte d'Ivoire. Surtout que le tourisme a un apport, des plus significatifs, dans le produit intérieur brut (Pib) et affirme, davantage, le leadership de la Côte d'Ivoire.

Cote d'Ivoire

Un nouveau code pour reboiser et encadrer l'agroforestière

La Côte d'Ivoire vient d'adopter un nouveau code forestier, un arsenal destiné à reboiser un pays… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.