Cote d'Ivoire: Sita 2019/ valorisation des attraits culturels et touristiques - La région du Poro exhume les traces de Pablo Picasso en pays Sénoufo

Communiquer, à outrance, sur le séjour du célèbre artistepeintre, Pablo Picasso, dans le village de Fakaha, dans la région du Poro, au Nord de la Côte d'Ivoire. C'est l'une des options prises par le Conseil régional du Poro en conviant les médias à une rencontre, hier à son stand au "Pavillon Région" sur le site du Sita (Salon international du tourisme d'Abidjan) 2019 à quelques encablures de l'aéroport Félix Houphouët-Boigny.

Adama Diawara, directeur du conseil régional du Poro, n'a pas manqué, au nom de Tiémoko Yadé Coulibaly, président dudit conseil, d'inviter les investisseurs et amateurs d'art et de culture à privilégier désormais la destination Fakaha. « Le séjour de Picasso à Fakaha est une belle illustration de l'hospitalité cultivée en pays sénoufo. En tant que outil de développement, le conseil régional du Poro ne relègue pas la culture au second plan. Nous envisageons de faire en sorte que Fakaha sorte de sa léthargie en faisant de la localité un lieu de convergence de touristes, d'amateurs d'art et d'investisseurs. Le rebondissement de Fakaha, c'est aussi celui de la culture sénoufo et de toute la région ».

Présentant, par le truchement de diapositives, le tableau peint par Pablo Picasso en 1968, la photo de son assistant Soro Navaga (encore vivant), celle des instruments de travail de l'artiste, dont une brosse à dents; une mousse ; un tube cylindrique- le tout encore gardés au secret dans la région, ont été présentés aux hommes de médias. Une résidence de peinture, une performance inédite L'histoire prend sa source dans les années 1964-65. L'artiste Picasso, convié par feu le président Félix Houphouët-Boigny à prendre part à la commémoration de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, a été séduit par la tenue arborée par Dossonguy, le chef du village de Fakaha en son temps. En 1968, l'artiste peintre se rend alors dans ledit village où il apprend, aux villageois qui utilisaient des couteaux en fer, des baguettes de bois, etc. de nouvelles techniques de peindre avec du matériel tel que la brosse à dents, la mousse, le tube cylindrique.

En rentrant, Picasso laisse une toile à ses hôtes. C'est cette toile dont les images ont été projetées hier. Pour Alexis Sékongo, expert et promoteur d'art et de la culture sénoufo, commis pour commenter les éléments iconographiques, « la toile de Picasso fait partie du patrimoine matériel de la région du Poro. Nous entendons la valoriser suffisamment en collaboration avec le ministère de la Culture afin d'obtenir son classement au patrimoine mondial de l'Unesco ». Expliquant la méthode de travail de Picasso, Alexis Sékongo rapporte qu'il peint torse nu et sans chaussures. Si ses méthodes n'ont pas totalement bouleversé celles des artistes de Fakaha, il est bon de noter que ceux-ci, loin d'opérer sur des cimaises, peignent à même le sol sur les toiles, dans des cases ouvertes. Leur dextérité fascine encore plus. Aux masques et autres dessins de la cosmogonie sénoufo, les artistes, avec le passage de Picasso, ont appris à ajouter à leurs créations d'autres figurines.

Qui est Picasso ? Pablo Ruiz Picasso, né à Malaga le 25 octobre 1881 et mort le 8 avril 1973 à Mougins, est un peintre, dessinateur, sculpteur et graveur espagnol ayant passé l'essentiel de sa vie en France. Au nombre de ses œuvres, on compte "Gurnica", "les Demoiselles d'Avignon", "Chicago Picasso", "le Vieux guitariste aveugle", "Femme qui pleure". Pour l'expert qui a entretenu les hommes de médias, Picasso a bel et bien séjourné à Fakaha, y a produit et laissé une toile et des instruments de travail. Le tout constitue aujourd'hui un point d'attraction de plus pour le village de Fakaha et toute la région du Poro.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.