Bénin: Guterres déplore les violences post-électorales et appelle au dialogue

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déploré vendredi les violences qui ont eu lieu au Bénin durant la période post-électorale.

Des violences ont éclaté, mercredi, à Cotonou, trois jours après les élections législatives organisées dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. Les partis d'opposition béninois n'ont pu participer au scrutin et avaient appelé au boycott des élections.

« Le Secrétaire général a suivi avec attention les événements qui ont eu lieu en République du Bénin avant et après les élections législatives du 28 avril », a dit son porte-parole dans une déclaration de presse.

M. Guterres appelle tous les acteurs béninois « à faire preuve de la plus grande retenue » et à s'efforcer de régler leurs différends par le dialogue, « conformément à la tradition démocratique du pays ».

« Les Nations Unies, à travers le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, M. Mohamed Ibn Chambas, et en coordination avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et d'autres partenaires, travailleront avec toutes les parties concernées pour aider les acteurs béninois à trouver une solution consensuelle et pacifique à leurs différends », a souligné le porte-parole du chef de l'ONU.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.