5 Mai 2019

Gabon: Pêche illegale - Prisca Koho Nlend inspecte un bateau arraisonné dans les eaux gabonaises

La Ministre de la Pêche et de la Mer, Prisca Koho Nlend indiquant aux malfrats les conséquences de leurs actes.

La Ministre de la pêche et de la Mer est allée s'enquérir, ce 5 mai, de la situation d'un glacier chinois récidiviste, pris pour la quatrième fois en flagrant délit de pêche dans les zones interdites, et sans autorisation d'opérer dans les eaux du Gabon.

Les agents de l'Agence nationale des parcs nationaux viennent d'effectuer une nouvelle prise importante. Ils ont appréhendé le bateau des chinois en pleine pêche sans licence dans un secteur protégé : « Nous avons eu, grâce à nos équipes sur le terrain, des informations relatives aux multiples pêches qui se font dans les réserves, et singulièrement dans le parc marin de Mbanié », a relaté Simplice Ockoy,

Conservateur du Parc d'Akanda, à la ministre Prisca Koho Nlend. Durant trois jours, lui et son équipe ont mené une opération de haute surveillance dans les zones d'Akanda et de Mbanié. Un bateau a été repéré et pris en filature. Le navire de pêche a été arraisonné dans l'après-midi du samedi 4 mai en cours.

Informée de la situation, la patronne du Ministère de la Pêche et de la Mer s'est rendue sur les lieux ce dimanche. L'équipage appréhendé est constitué de huit membres dont trois Chinois et cinq Ghanéens : « ils étaient en pleine pêche dans le parc marin de Mbanié... », explique le Conservateur. Le bateau n'a pas d'autorisation de pêche, ce qui est une infraction réprimandée par la Loi gabonaise. La procédure permettant d'évaluer l'importance des captures suit son cours.

Si les pêcheurs possèdent des filets règlementaires, toutefois, les techniques utilisées sèment un désastre dans les eaux. Ils croisent leurs filets pour ramasser toutes les espèces possibles et toutes les tailles de poisson, mêmes les plus petits. Face à ce fait, Prisca Koho Nlend n'a pas voilé sa colère : « le Chef de l'Etat exige qu'on travaille sur une pêche durable, celle-ci ne peut pas se faire si les filets des pêcheurs prennent les petits poissons et les empêchent de parvenir à maturité. Cela est inacceptable ! », a lancé la ministre.

Le bateau a l'habitude de violer le territoire gabonais. Tous les pêcheurs possèdent les coordonnées des zones interdites ; Les suspects savaient donc qu'ils étaient en infraction. Leur dernier arraisonnement remonte au 19 décembre 2018. Une amende de 50 millions, qui ne les a pas dissuadé, leur avait été infligée. Le même bateau avait été arraisonné en 2015 puis en 2017.

Gabon

Les grands absents de la CAN 2019 en Égypte

Alors que les 24 équipes africaines qualifiées pour jouer cette CAN 2019 en Égypte… Plus »

Copyright © 2019 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.