Afrique: Des migrantes manifestent à Beyrouth pour la défense de leurs droits

Ces migrantes, qui ont défilé ce dimanche 5 mai dans la capitale libanaise, travaillent comme employées de maison. Les abus dont elles sont victimes sont régulièrement dénoncés par les associations de défense des droits humains.

Plusieurs ONG, dont Amnesty International, ont organisé la manifestation de ce dimanche à Beyrouth. Et si le rassemblement s'est tenu un dimanche, ce n'est pas un hasard : c'est le seul jour de congé pour la majorité des travailleuses domestiques au Liban.

Les manifestantes étaient essentiellement des femmes étrangères, employées de maisons. Leur principale revendication : l'abolition de la kafala, qui régit le travail des femmes migrantes. Pour les ONG, ce système est à la base des abus régulièrement dénoncés : il lie en effet le permis de séjour d'une employée de maison au contrat avec son employeur. Autrement dit, c'est une relation de dépendance, où les employées sont vulnérables.

Abus multiples

La majorité des domestiques étrangères au Liban sont originaires d'Ethiopie. Un pays qui, comme les Philippines, interdit aujourd'hui à ses ressortissantes de travailler au pays du Cèdre, à cause des situations d'abus. Mais malgré ces interdictions, des femmes continuent d'arriver au Liban par des voies détournées.

Si on ne peut pas généraliser, et que des foyers libanais respectent les droits de leurs employés, pour Diala Haydar, chercheuse à Amnesty International, les abus restent une constante depuis dix ans, et ils prennent de multiples formes : salaires non payés, journées de travail interminables, absence de jours de congés, voire violences physiques ou sexuelles.

Des cas extrêmes défraient régulièrement la chronique : le mois passé, rappelle Diala Haydar, trois employées de maison se sont suicidées au Liban.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.