La Côte d'Ivoire fait un pas décisif vers la Zone de libre-échange continentale

3 Mai 2019

Abidjan — La Côte d'Ivoire prépare son économie à l'intégration continentale africaine - une ambition qui s'est concrétisée le 31 octobre 2018 avec la ratification de l'accord de la ZLECAf par l'Assemblée nationale ivoirienne et se poursuit aujourd'hui par le lancement d'un grand forum national de sensibilisation à Abidjan.

Comment la Côte d'Ivoire peut-elle tirer parti de la Zone de libre-échange continentale (ZLECAf) pour s'attaquer aux défis relatifs au commerce transfrontalier et exploiter efficacement le potentiel de celui-ci en matière de revenus, transformation et création d'emplois? C'est l'objet du forum national de sensibilisation qui s'est ouvert aujourd'hui à Abidjan, à l'initiative du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des PME, et en présence de Mr Tèi Konzi, Commissaire chargé du Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation à la CEDEAO.

Cette rencontre, qui se tient du 2 au 3 mai 2019, est organisée en collaboration avec la CEA en vue de poser les bases d'une stratégie nationale de mise en œuvre de la ZLECAf en Côte d'Ivoire. Les échanges permettront d'éclairer les fondamentaux juridiques et techniques de la zone de libre-échange continentale, ainsi que le potentiel qu'elle recèle pour l'économie ivoirienne.

« Notre pays, deuxième économie de la CEDEAO, a toujours été présent aux grands rendez-vous de l'intégration africaine », affirme le Ministre ivoirien du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba. « Globalement la Côte d'Ivoire a déjà une économie ouverte sur l'extérieur. La part de commerce intra africain oscille autour de 34%, dont 27 % avec la CEDEAO. Mettre en œuvre la ZLECAf nous permettrait d'augmenter significativement ce taux, y compris en-dehors de la CEDEAO. »

Réunissant une centaine de participants, le forum se veut un espace de dialogue entre des acteurs publics et privés sur la nécessité de trouver des voies et moyens de faire coïncider les opportunités et défis liés à la ZLECAf avec la vision de développement de la Côte d'Ivoire. Les questions relatives à l'accès au marché et aux règles d'origine, à la propriété intellectuelle, à l'investissement et à la politique de concurrence feront également l'objet de discussions.

« La ZLECAf permettrait aux entreprises ivoiriennes de passer d'un marché de 24 millions à un marché commun de 1,2 milliard de personnes", indique Ghitu Mundunge, représentant du bureau sous-régional pour l'Afrique de l'Ouest de la CEA. "Cela change la donne pour l'économie nationale et permet surtout d'augmenter les capacités des entreprises ivoiriennes en termes d'exportation, diversification, transformation structurelle et création d'emplois. Ceci implique évidemment que chaque partie concernée soit autour de la table. Le forum qui s'est ouvert aujourd'hui à Abidjan va dans ce sens. »

La Côte d'Ivoire s'est dotée en 2018 d'un Comité National sur la Zlecaf, qui rassemble différents organes du Gouvernement. Le Comité d'orientation, présidé par le Premier ministre, réunit plus de 19 Ministres, des représentants du secteur privé et de la société civile. Le comité technique réunit, quant à lui, des Directeurs généraux des Douanes, des Impôts ainsi que d'autres responsables des structures de commerce international.

Komi Tsowou, chef de la délégation de la CEA, souligne par ailleurs que « la mise en œuvre de la ZLECAf exige au préalable de définir une stratégie nationale à la fois ambitieuse et inclusive, qui tienne compte des attentes exprimées par le secteur privé et la société civile ».

Le rendez-vous d'aujourd'hui s'inscrit dans la continuité des actions de renforcement des capacités des Etats africains initiées par la CEA qui visent à accompagner les gouvernements, à leur demande, dans la formulation de stratégies nationales pour mettre en œuvre la ZLECAf.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.