6 Mai 2019

Burkina Faso: Cleophas Adrien Dioma - «Il est impératif de sécuriser le territoire burkinabè pour encourager la diaspora à y investir»

interview

Comment se porte la communauté burkinabè résidente en Italie ?

La communauté burkinabè en Italie se porte bien. Elle est bien intégrée parce que ce sont de grands travailleurs qui y vont avec leurs familles.

Et c'est important pour eux parce que choisir de vivre avec la famille, c'est accepter que ces enfants puissent vivre sur un territoire qui normalement n'est pas le sien.

Dans quels domaines d'activités les retrouve-t-on ?

On les distinguait dans la tomate mais ils sont de plus en plus dans les domaines de l'agriculture, la technologie, les usines de fabrication d'automobiles, d'ascenseurs etc. Et il y a aussi la nouvelle génération, notamment les enfants d'immigrés burkinabè qui étudient.

Nous avons des médecins, des économistes, des professeurs et surtout des personnes qui participent aux débats politiques. Nous avons des candidats aux différentes joutes électorales. Et cela un important comme message d'acceptation de la culture burkinabè en Italie.

Quelle appréciation faites-vous du débat politique au Burkina ?

Il est toujours difficile d'apprécier de loin mais je pense que les Burkinabè en général, doivent apprendre à être des citoyens parce que c'est être citoyen qui participera à faire bouger le politique.

Nous devons participer au débat pas seulement en critiquant ou en proposant mais en étant opératif.

Je le dis comme ça pour rigoler mais lorsque j'ai quelque chose, je ne le jette plus par terre. Nous devons être en mesure de contrôler le travail du politique mais il faut d'abord donner le bon exemple.

Votre regard sur la situation sécuritaire actuelle ?

Je trouve cette situation aberrante. Mais il a tout un mécanisme de cette modernité et de cette démocratie qui ne fonctionne pas.

Il faut peut-être repenser notre démocratie. La démocratie c'est être présent, être citoyen qui participe au débat et surtout responsable. Lorsque nous nous étions enfants, nous allions à l'école avec le fils du ministre, le fils du chauffeur du ministre et il n'y avait pas de conflit.

Mais aujourd'hui, les gens ont créé des mini-groupes, des divisions qui sapent l'harmonie qui existait dans la société. Et cela sape aussi l'économie parce que lorsque la sécurité ne fonctionne pas, personne ne viendra investir son argent.

Il est donc impératif pour nous de sécuriser notre territoire pour encourager la diaspora à investir au pays. C'est l'unique moyen pour booster l'économie mais surtout pour qu'il y ait un bien-être. En faisant cela, on lutte contre la pauvreté, l'immigration, les conflits ethniques.

Et sur le vote de la diaspora burkinabè ?

La communauté burkinabè en Italie est superbement organisée. Nous menons le débat sur la situation sociopolitique de notre pays. Nous aimerions choisir aussi nos dirigeants comme cela se fait au Sénégal où il y a des postes de députés prévus pour la diaspora.

Parce que ce sont des personnes qui peuvent booster les relations économiques et internationales.

Nous avons besoins de personnes qui nous représentent, qui défendent nos positions et faire partager notre vision afin de faire du Burkina, un pays de prospérité.

Burkina Faso

Dr Marie Korsaga, la première astrophysicienne de l'Afrique de l'Ouest

Marie Korsaga évolue dans un milieu dit réserver aux hommes... Et elle y excelle. Elle a brisé les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.