Cameroun: Human Rights Watch dénonce des cas de torture

Archive - Transparency International dénonce la torture sous toutes ses formes au Cameroun

Alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit tenir sa première réunion informelle sur la crise anglophone au Cameroun le 13 mai prochain, l'ONG Human Rights Watch publie un rapport sur l'usage de la torture et les détentions au secret dans le cadre de la lutte contre les séparatistes.

« Les autorités camerounaises ont torturé et détenu au secret des personnes dans un centre de détention à Yaoundé », assure d'entrée l'ONG Human Rights Watch dans son rapport publié le 6 mai, au sein duquel elle assure avoir documenté 26 cas de détention au secret et de disparitions forcées au centre de détention du Secrétariat d'État à la défense (SED), entre janvier 2018 et janvier 2019, dont 14 cas de torture.

Parmi les pratiques que l'ONG dénonce figurent des passages à tabac et des « quasi-noyade » destinées, selon le rapport de HRW, à « obtenir des aveux de détenus suspectés d'avoir des liens avec des groupes séparatistes armés ».

Des agissements qui nécessitent l'ouverture « d'une enquête indépendante qui examinerait le rôle des agents de tous rangs au centre de détention », selon l'ONG.

HRW, qui étaye son rapport de témoignages d'anciens détenus - notamment un ex-combattant du groupe séparatiste armé Ambazonia Defense Forces (ADF), qui dit « avoir été frappé avec des machettes, des chaînes, des bâtons et des câbles » -, explique avoir présenté ses conclusions au gouvernement, sans obtenir de réponse de la part des autorités camerounaises.

Contacté également par Jeune Afrique, le ministère de la Communication n'était pas joignable pour répondre à nos questions. Mi-avril, Ilaria Allegrozzi, chercheuse pour Human Rights Watch spécialisée sur l'Afrique centrale, s'était par ailleurs vue refuser l'entrée sur le territoire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.