Niger: 58 morts dans l'explosion d'un camion-citerne

Le camion-citerne transportait 36.000 litres d'essence. Il s'est renversé dimanche soir à quelques centaines de mètres de l'aéroport international de Niamey avant d'exploser quelques minutes plus tard.

L'accident s'est produit un peu avant minuit à la sortie de Niamey, non loin de l'aéroport international au niveau d'une station d'essence du quartier Aéroport.

Le camion-citerne s'est renversé et a explosé quelques minutes plus tard. Problème au moment de l'explosion : la population du quartier -en majorité des jeunes et des femmes - était en train de siphonner le contenu de la citerne qui se déversait.

Le bilan est très lourd : 58 morts calcinés, dont 55 sur place, et trois ayant succombé des suites de leurs blessures. 37 brûlés graves sont pris en charge dans les différents centres de santé de la ville. Cinq véhicules qui se trouvaient à côté et 25 motos ont également brûlé.

Les circonstances de l'explosion

D'après le commandant des sapeurs-pompiers, le capitaine Hamani Adamou Abdel Aziz, l'un des premiers sur le lieu de l'accident, une moto qui serait à l'origine de l'incendie :

"À l'arrivée des secours, on a tenté de les éloigner pour créer un périmètre de sécurité et essayer de contenir un éventuel départ du feu, malheureusement une étincelle est partie. Il s'agit d'une moto qui était sur place. Le motocycliste a tenté de se ravitailler directement avec le moteur en marche. On avait tout fait pour évacuer les personnes mais compte tenu de le nombre, parce qu'ils étaient plus d'une centaine, nous n'avons pas pu."

L'émotion est vive dans le pays.

Des images terribles du drame montrant des corps calcinés jonchant les lieux de l'accident circulent sur la toile, provoquant beaucoup de tristesse au sein de la population.

Le Premier ministre nigérien Brigi Rafini et le ministre de l'Intérieur Bazoum Mohamed étaient sur les lieux de l'accident. Ils ont annoncé que les soins de tous les blessés seraient pris en charge totalement par le gouvernement.

Le ministre de l'Intérieur, a également annoncé que la sensibilisation sera de mise pour éviter à nouveau de telle situation.

"Nous ne pouvons que lancer cet appel une fois encore à la population qu'elle évite ce qui s'est passé hier. Lorsque de l'essence qui est particulièrement inflammable se déverse, il faut savoir que ce n'est pas possible de se servir et de repartir tranquillement. Nous allons à partir de ce drame renforcer la communication dans ce sens et faire en sorte que nous limitions au maximum les dégâts lorsque des situations de ce genre adviennent. "

Un peu plus tard dans la journée ce lundi le président de la République s'est rendu à l'hôpital national de Niamey pour s'enquérir de l'état de santé des blessés.

Il faut rappeler que ce n'est pas la première fois qu'un tel accident se produit au Niger et même dans d'autres pays voisins comme le Nigeria et le Cameroun. En 2017, un camion-citerne chargé de gasoil en provenance de la SORAZ, la Société de raffinage de Zinder, s'était renversé et avait coûté la vie à trois personnes. Au Nigeria, l'accident qui reste gravé dans les mémoires est celui dans le delta du Niger en 2012 qui avait fait au moins 100 victimes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.