Cote d'Ivoire: Kobenan Kouassi Adjoumani - "Nous devons faire attention aux discours qui divisent les ivoiriens"

document

A l'occasion de la cérémonie d'hommage au président de la République, hier à Sikensi, Kobenan Kouassi Adjoumani a fustigé le comportement de certains hommes politiques qui ne vont pas dans le sens de l'apaisement du climat politique. Ci-dessous, l'intégralité de ses propos.

Brave peuple Abidji, braves populations de Sikensi, chers frères et sœurs, je vous salue ! Je voudrais, avant tout propos, et au nom de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, haut patron de cette cérémonie que j'ai l'insigne honneur de représenter, vous remercier et vous féliciter pour l'initiative que vous avez prise de célébrer et de rendre hommage au Chef de l'Etat, le Président Alassane Ouattara.

Le Premier Ministre avait désiré personnellement être avec nous, parmi vous, ce jour à Sikensi, mais des imprévus de dernière minute, particulièrement contraignants ne lui ont pas permis d'effectuer le déplacement.

Il me charge donc, de vous livrer le message d'amour, de fraternité et d'espoir. Peuple Abidji, vous avez décidé ce jour, vendredi 03 mai 2019, d'honorer, de célébrer et de rendre un hommage solennel au Président Alassane Ouattara, pour ses actions à la tête de l'Etat de Côte d'Ivoire.

Il s'agit d'une belle et heureuse initiative car, un président de la République a lui aussi besoin, de temps en temps, d'être encouragé et soutenu. Il a besoin de sentir l'adhésion des populations pour lesquelles il se prive de sommeil, de loisirs et de congés, à ses actions, à la tête de l'Etat.

Le Président Alassane Ouattara qui ne ménage, en effet, aucun effort pour l'amélioration constante des conditions de vie de ses compatriotes, est très sensible à votre démarche, à l'acte que vous posez ce jour, devant toute la nation. Il me charge de vous exprimer toute sa gratitude et vous assure qu'il prend bonne note de vos préoccupations.

Distingués chefs traditionnels, Chers parents de Sikensi, Rendre hommage au Président Alassane Ouattara, c'est en réalité reconnaître que la Côte d'Ivoire, notre beau pays, continue de progresser sous son leadership. C'est reconnaître que le pays continue de poser des pas en avant sur la route du développement.

Chaque jour, des chantiers sont ouverts pour la réalisation d'infrastructures modernes, des ponts, des routes, des autoroutes sont construits ou réhabilités pour permettre aux populations de se déplacer plus aisément, de se rencontrer, de commercer et de progresser ensemble.

Des universités, des écoles, des lycées, des centres de santé, des hôpitaux, des CHU sont construits ou réhabilités afin de permettre à nos enfants, à nos populations de s'instruire et de se soigner dans de meilleurs conditions.

En l'espace de huit années, le Président Alassane Ouattara a réalisé un miracle, en transformant une Cote d'Ivoire en ruine en une Côte d'Ivoire qui fait rêver, en une Côte d'Ivoire qui est citée partout dans le monde en exemple, comme un modèle type de réussite, pour un pays qui sort de crise.

Chers frères et sœurs de Sikensi, je ne suis pas en train de vous dire que tout est rose, que tout est parfait. Je suis simplement en train de vous dire que quelque chose de grand, quelque chose de beau est en train de se construire.

Notre pays effectue des pas de géant sur la route du progrès et il attire à nouveau beaucoup d'investisseurs qui créent des emplois, de la richesse et font reculer progressivement la pauvreté.

Notre pays a renoué avec la stabilité, la paix et la croissance économique. Nous devons maintenir ce cap et travailler davantage pour rendre cette croissance économique beaucoup plus inclusive, afin qu'elle touche tous les Ivoiriens.

C'est pourquoi, chers parents de Sikensi nous devons renforcer nos liens, rester ensemble et soudés derrière cet objectif majeur qui nous concerne tous : le développement de notre pays.

Nous devons faire attention aux discours qui divisent les Ivoiriens, attention aux discours de haine, de rejet, d'ostracisme.

Nous devons rester ensemble et nous mobiliser sur les questions essentielles. C'est la raison pour laquelle, le Président Alassane Ouattara a mis en place le RDHP pour mener le combat du rassemblement, de la stabilité et de la paix.

Car, c'est ensemble que nous sommes et que nous serons toujours plus forts. C'est dans l'unité que nous ferons progresser la Côte d'Ivoire. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux que Sikensi ait compris ce message de paix et de rassemblement.

Car, l'organisation de cette journée d'hommage au Chef de l'Etat est aussi et vous l'avez dit, une occasion de sceller l'union sacrée entre les élus locaux, les cadres du département ainsi que votre adhésion à la politique de développement du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara.

Je voudrais vous dire que vous venez de franchir ainsi un grand pas, parce que dans une région, quand les élus et les cadres se mettent ensemble, quand ils unissent leurs forces et leurs intelligences, quand ils regardent dans la même direction avec leurs populations, c'est qu'ils sont sur la bonne route qui conduit au développement.

Le Président Alassane Ouattara est sensible à cette démarche, à cette disponibilité. Il est sensible à votre engagement, à votre soutien et vous assure de sa disponibilité à agir pour faire aboutir vos doléances.

Je voudrais, par la voix du Premier Ministre, saluer les jeunes de Sikensi, les femmes de Sikensi, les chefs, les cadres, les élus et toute la population dans toutes ses composantes, vous dire que le Président Alassane Ouattara a reçu cinq sur cinq, votre message de fraternité, de soutien, d'unité et de paix. Il vous demande de continuer de le soutenir et de lui faire confiance.

Vos doléances lui seront présentées et elles seront examinées avec la plus grande attention. » Distingués chefs traditionnels, Mesdames et Messieurs, Je voudrais profiter de notre passage ici à Sikensi, pour lancer un appel à la paix et au ressaisissement à l'endroit de certains de nos frères et sœurs qui véhiculent des messages dangereux pour la cohésion sociale.

Ils vont jusqu'à faire injonction au gouvernement de reconnaitre un génocide perpétré, par leur faute, contre une population et envisagent construire à cet effet, un monument à la mémoire des victimes présumées.

Je voudrais ici inviter les uns et les autres à faire très attention aux mots que nous utilisons, pour évoquer ces événements tragiques, douloureux de la crise post-électorale qui a fait plus de trois mille morts. Il faut éviter de prendre des positions qui risquent de raviver les tensions nées de cette crise grave, dont nous n'avons pas encore fini de panser les plaies.

Loin de nous l'intention de vouloir piétiner la douleur de certaines victimes, mais nous devons éviter la tentation de la récupération politique de ces événements malheureux. Chers parents de Sikensi,

Dans le cadre de la réconciliation nationale, le Président de la République Alassane Ouattara a posé un acte fort pour la paix en Côte d'Ivoire, en faisant libérer, plus de 800 personnes. Nous estimons qu'il a fait sa part.

Logiquement, les bénéficiaires de l'amnistie devraient eux aussi poser des actes allant dans le sens du renforcement de la cohésion sociale. Nous sommes surpris qu'en lieu et place, ces derniers s'amusent à planter dans l'esprit de certains Ivoiriens, la notion de génocide.

Que recherchent-ils exactement ? Savent-ils ce qu'on appelle génocide ? N'est-ce pas là le moyen le plus sûr de préparer les esprits à la révolte ?

Mesdames et Messieurs, Chers parents, Vous constatez très bien que pendant que le Chef de l'Etat essaye de panser les plaies du passé et d'essuyer les larmes des victimes de la crise, pendant qu'il prend des décisions courageuses pour apaiser les cœurs et pour renforcer la paix, il est curieux de constater que les bénéficiaires de l'amnistie soient en train de remuer les couteaux dans les plaies non encore cicatrisées.

Nous devons tous, autant que nous sommes, éviter de semer, à nouveau, la graine de la haine, éviter de monter les Ivoiriens les uns contre les autres. Nous n'avons pas le droit de trahir la promesse de la paix, en un mot, nous ne devons en aucune façon piétiner la douleur des victimes. C'est ce message de paix que je voudrais lancer à tous les Ivoiriens.

Nous devons faire nôtre cette sagesse du Président HouphouëtBoigny, « la paix, ce n'est pas un vain mot, c'est un comportement ».

Mesdames et Messieurs, Je ne saurais terminer cette allocution sans rendre, une fois de plus, un hommage des plus appuyés à celui qui m'a envoyé, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, un grand homme d'Etat, travailleur, acharné, dévoué et qui conduit avec beaucoup de réussite l'action gouvernementale pour apporter le bonheur aux Ivoiriens.

Je voudrais enfin, pour terminer, saluer un autre grand homme de la politique nationale. J'ai nommé le Ministre Charles Koffi Dibi. Il vient de rallier officiellement les rangs du RHDP en intégrant le Conseil politique. Je salue ici son courage et sa clairvoyance politiques. Je salue également sa cohérence. Il a fait le choix de la raison, le choix de l'avenir.

C'est un homme lucide et loyal au Président Alassane Ouattara, que je vous demande d'ovationner. Certaines personnes ont tendance à se laisser emporter par leurs émotions, là où il faut garder toute sa lucidité, toute sa sérénité pour opérer les choix judicieux, dans l'intérêt supérieur de la Côte d'Ivoire.

Comme nous l'avons fait hier et comme le fait aujourd'hui le président Charles Koffi Dibi, à la suite d'autres personnalités et non des moindres.

Le mouvement est enclenché, la machine est lancée et nous sommes persuadés que dans les jours à venir, d'autres personnalités suivront dans la dynamique du rassemblement, de la cohésion sociale et du développement. Je vous remercie pour votre bienveillante attention !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.