Algérie: Manifestations des étudiants à travers le pays pour un changement radical du système

Dans l'Ouest du pays, les étudiants de plusieurs universités ont réaffirmé lors de marches pacifiques hebdomadaires leur implication dans le mouvement populaire et leur adhésion aux revendications du Hirak portant sur "un changement profond du système et le départ de tous ses symboles".

ALGER - Des milliers d'étudiants ont manifesté pacifiquement pour le 11ème mardi consécutif à travers plusieurs wilayas du pays, appelant à un changement radical du système de gouvernance et réaffirmant leur implication dans le mouvement populaire "Hirak", ont constaté des journalistes de l'APS.

Ni les conditions particulières générées par une journée de jeûne ni la hausse de la température de cette journée du mois de mai n'ont altéré la volonté de ces jeunes.

Dans l'Ouest du pays, les étudiants de plusieurs universités ont réaffirmé lors de marches pacifiques hebdomadaires leur implication dans le mouvement populaire et leur adhésion aux revendications du Hirak portant sur "un changement profond du système et le départ de tous ses symboles".

Ils étaient des centaines à prendre le départ de leur campus pour sillonner, dans une ambiance bon enfant, les principales artères des chefs-lieux de wilayas. Les manifestants brandissaient l'emblème national ainsi que des banderoles portant des slogans appelant à "la poursuite de la lutte contre la corruption", "une justice indépendance et équitable", "le départ de tous les symboles et représentants du système" et "l'avènement d'une deuxième République".

Sous les cris "Djazaïr Horra, dimocratiya" (Algérie libre et démocratique), "Yetnehaw Ga3" (Qu'ils partent tous) et "Silmiya, silmiya" (pacifique, pacifique), les étudiants ont tenu à réaffirmer "l'implication de l'université dans l'avènement du changement" et le "rôle que doit jouer la communauté universitaire et l'élite dans le Hirak", comme l'avaient souligné plusieurs protestataires.

Dans le sud du pays, les étudiants ont organisé des mouvements de protestation pour appuyer les revendications politiques du mouvement populaire et appeler au changement radical. Un sit-in d'étudiants et un débrayage des cours ont été enregistrés respectivement au niveau des établissements universitaires des wilayas d'Ouargla et Tindouf.

Ces actions de protestation suivies partiellement, puisqu'une partie des étudiants suit les cours normalement, sont menées dans un cadre pacifique. Les structures universitaires dans les autres wilayas du Sud n'ont pas connu de perturbation.

Le Centre a également vu le maintien de la mobilisation contre le système politique actuel. Les étudiants ont exprimé leur détermination à poursuivre leur combat pacifique qui rentre dans le cadre du mouvement populaire lancé le 22 février dernier, et ce jusqu'à l'aboutissement à un changement radical du système et le départ de tous ceux qui ont nuit à la patrie.

Ces jeunes manifestants, parfois encadrés par des enseignants, qui ont insisté particulièrement sur le caractère pacifique que doit revêtir leur mouvement, ont scandé "Koul Youm Massira Maranache Habssine" (Des marches chaque jours, nous ne nous arrêterons pas).

Aussi, des centaines d'étudiants des universités de l'Est sont sortis pour des marches pacifiques de soutien au mouvement populaire réitérant les revendications relatifs à un "changement radical du système et le départ de tous ses symboles" en plus de demander des compte à "tous les corrompus et les corrupteurs".

Les manifestants ont entonné l'hymne national et scandé des slogans contre l'organisation de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain sous le système actuel en brandissant des banderoles et des pancartes sur lesquels était écrit notamment "justice indépendante, presse libre", insistant sur l'impératif satisfaction de la totalité des revendications du Hirak.

Ces marches se sont déroulées dans le calme et sans aucun incident en présence d'un dispositif de sécurité, a-t-on constaté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.