Sénégal: Décès de Cheikh Béthio Thioune (médias)

Photo: facebook
Le guide religieux Cheikh Béthio Thioune

Dakar — Le guide des thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune, est décédé ce mardi en France, à l'âge de 81 ans, des suites d'une longue maladie, rapportent plusieurs sources médiatiques.

Cheikh Béthio Thioune a été condamné lundi par la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Mbour à 10 ans de travaux forcés pour "complicité de meurtre" et "non dénonciation de meurtre".

Le tribunal a également ordonné le placement sous séquestre de tous ses biens et a accordé 100 millions de francs de dommages et intérêts à chacune des (deux) parties civiles.

Le guide des Thiantacounes, une organisation religieuse d'obédience mouride, a été jugé par contumace dans le cadre du procès pour meurtre de deux de ses disciples, Bara Sow et Ababacar Diagne. Ils avaient été torturés et enterrés en 2012 à Médinatoul Salam, une localité de la commune de Mbour (ouest).

La Chambre criminelle a, en revanche, acquitté Béthio Thioune et cinq de ses co-accusés du chef d'accusation d'association de malfaiteurs.

Parmi les 19 coaccusés de M. Thioune, 16 ont écopé de peine de travaux forcés allant de 5 à 15 ans, alors que trois ont bénéficié d'un acquittement.

Né en 1940, à Keur Samba Laobé, près de Mbour, Cheikh Béthio Thioune est un administrateur civil de formation sorti de l'Ecole nationale d'administration et de magistrature (Enam).

En 1987, il rencontre le khalife général des mourides Serigne Saliou Mbacké qui lui décerne le titre de Cheikh (dignitaire religieux de haut rang dans le mouridisme).

L'homme revendique des centaines de disciples et organise des actions de grâces (thiant) au cours desquelles la nourriture est servie en abondance.

Il est aussi courtisé par les hommes politiques. En 2007, il apporte son soutien à Me Abdoulaye Wade à la quête d'un second mandat.

En 2012, il appelle encore à voter Me Wade au deuxième tour face à Macky Sall.

Mais le 23 avril 2012, c'est un coup de tonnerre : le procureur de la République à Thiès annonce que des présomptions pèsent sur Cheikh Béthio Thioune, selon l'enquête ouverte après la découverte des dépouilles de deux de ses talibés enterrées près de Keur Samba Laobé (Madinatul Salam), suite à une bagarre entre disciples.

Après trois jours de garde à vue, Cheikh Bethio Thioune, entendu par le juge d'instruction de Thiès, est inculpé pour complicité de meurtre, inhumation de cadavres sans autorisation, détention d'armes et association de malfaiteurs. Il est immédiatement mis sous mandat de dépôt et amené à la maison d'arrêt de Thiès.

Le 22 octobre 2012, ses disciples protestent contre sa détention et saccagent des biens publics et privés dans le centre-ville de Dakar.

Cheikh Béhio Thioune Thioune obtiendra la liberté provisoire après plusieurs refus des juges, alors qu'il se trouvait en France pour des raisons médicales.

Le 23 avril 2019, le procès des Thiantacounes s'ouvre devant la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Mbour.

Cheikh Béthio Thioune, absent du territoire pour raison médicale, et dix-neuf de ses disciples sont poursuivis entre autres, pour association de malfaiteurs, recel de malfaiteurs, recel de cadavre, complicité de meurtre, non dénonciation et détention d'arme sans autorisation.

Le procureur de la République près du TGI, Youssou Diallo, requiert une peine de travaux forcés à perpétuité à l'encontre du guide des Thiantacounes, et de quinze de ses co-accusés.

Il a également réclamé une peine de 10 ans de travaux forcés contre Samba Ngom, Aziz Mbacké Ndour, Mamadou Hanne dit Pape et à Serigne Saliou Barro.

Les parties civiles avaient auparavant demandé des dommages et intérêts de l'ordre de 3 milliards de francs.

Les conseils des prévenus ont quant à eux invité le juge de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Mbour à prononcer l'acquittement.

Le 6 mai 2019, le verdict tombe : La Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour a condamné le guide moral des Thiantacounes, une organisation religieuse d'obédience mouride à dix ans de travaux forcés pour complicité de meurtre et non dénonciation de meurtre.

Le Tribunal qui a ordonné la mise sous séquestre de ses biens l'a en revanche acquitté des chefs d'accusation d'association de malfaiteurs et de recel de malfaiteurs, alors que 16 de ses 19 coaccusés ont écopé de peines allant de 5 à 15 ans de travaux forcés. Trois ont bénéficié d'un acquittement.

La nouvelle de son décès en France est annoncée ce mardi 7 mai 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.