Kenya: Rhany Kabbadj - Entre Cheb Khaled et moi, c'est une drôle d'histoire

La musique est un langage universel qui permet de rapprocher les peuples et d'adoucir les mœurs

Natif de Marrakech, Rhany Kabbadj a été séduit par le monde de la musique dès son plus jeune âge. A 17 ans, il a composé son premier titre qu'il a enregistré à Washington, en 1990. Puis, en 1997, il a sorti son tout premier album «Dablet», fortement imprégné de musique latino-américaine. Son amour pour les rythmes cubains et latino l'a poussé donc, en 1999, à voyager, en compagnie de son producteur à Cuba, pour réaliser son second album « Alamtini ». En 2001, il a été sacré meilleur artiste nord-africain.

Vous avez débuté votre carrière en tant qu'imitateur d'Elvis Presley. Que représente pour vous cet artiste ?

Très jeune, j'ai été influencé par la musique rock. C'est à cette époque que j'ai découvert Elvis Presley. Aujourd'hui, j'ai presque tous ses albums, ses DVD, ses films et quelques livres qui ont été écrits sur lui, sur sa carrière et sa vie. Et ce qui m'a intéressé chez lui, c'est l'homme spirituel qu'il était. Je pense que c'est grâce à sa musique que je fais aujourd'hui partie du monde artistique.

Vous êtes surtout connu pour les fusions entre la musique marocaine et d'autres styles internationaux. Peut-on en savoir plus ?

J'ai en fait commencé très jeune. Déjà à l'âge de 17 ans, j'ai composé mon premier titre en anglais que j'ai enregistré à Washington en 1990. Je suis passé à la chanson française après le raï, tout cela pour essayer de trouver mon style. En 1997, j'ai sorti mon premier album en arabe, « Dablet », avec une légère influence latino-américaine. Avec mon producteur, nous sommes partis, à Cuba, en 1999, pour réaliser un album qui a pour titre « Alamtini », enregistré dans les studios mythiques, Egrem. C'était un joli début.

Vous avez vécu une drôle d'histoire avec Cheb Khaled. Racontez-nous ce fait.

Avec du recul, c'est une histoire drôle, mais sur le moment, ça l'était beaucoup moins. L'histoire est que je devais figurer parmi les artistes qui feraient la première partie du concert de Khaled en 1998. Je me rappelle qu'à l'époque je résidais encore en France. J'ai dû venir avec mon père de Paris à Marrakech, j'étais super content et très excité à l'idée de me produire dans la première partie du king du raï.

Les choses ont mal tourné, lorsqu'on m'a annoncé que je n'allais plus chanter et que je ne faisais plus partie des artistes qui feraient la première partie, car ils étaient déjà trop nombreux et j'étais le moins connu. Mais comme je ne crois pas au hasard, je dirai que le destin a fait que mon manager de l'époque avait rencontré un des musiciens qui faisaient partie du groupe de Khaled, Cheb Kada. Ce dernier est allé raconter mon histoire à Khaled qui a insisté pour que je chante avec lui et non en première partie. Ce qui était pour moi un rêve s'est réalisé. Sans rentrer dans les détails, c'était un moment très émouvant. Alors, cette histoire fait, justement, partie de mon prochain spectacle qui est plus ou moins une biographie dans laquelle je raconte des étapes de ma vie en chantant.

Vous avez déjà eu l'occasion de rencontrer Nelson Mandela et l'ex-président français Jacques Chirac. Vous-ont-ils encouragé à poursuivre votre carrière de musicien ?

Ce qui est extraordinaire dans ce métier, c'est que l'on rencontre beaucoup de monde. Parmi les moments qui m'ont marqué le plus, c'est le jour où j'ai rencontré Nelson Mandela. C'était en 2001, lorsque j'ai reçu le prix du meilleur artiste nord-africain, le « Kora Award ». J'ai eu aussi l'occasion et le plaisir de rencontrer le président Jacques Chirac en 2004 lors de sa visite privée à Marrakech. J'ai gardé d'excellents souvenirs, non d'un chef d'État, mais du fait de m'être adressé à un homme, un grand homme, d'une générosité et d'une simplicité inégalables. Ces deux hommes remarquables m'ont beaucoup encouragé et donné un souffle qui m'a permis de continuer à me battre pour atteindre certains objectifs, et ça n'a pas été toujours facile.

Considérez-vous, comme de nombreux chanteurs, la musique comme étant une langue universelle qui peut unir les peuples du monde entier ?

Bien sûr. Pour moi, la musique est un langage universel qui permet de rapprocher les peuples, d'adoucir les mœurs, de faire connaître sa culture à d'autres et, en premier lieu, de créer le bien-être autour de soi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.