Cameroun: Marché des femmes - Frictions pour défaut d'électrification

Une commission mise sur pied par le sous-préfet de Douala II a jusqu'à demain pour une amorce de solution.

Jusqu'à ce matin du 8 mai 2019, aucune solution n'avait été trouvée à la situation qui prévaut depuis deux jours au Marché des femmes, au sujet des branchements électriques. Deux factions opposées n'arrivent pas à s'entendre après la rencontre avec Dr Didier Bidja, sous-préfet de l'arrondissement de Douala II. Lequel a mis sur pied une commission chargée du recomptage des boutiques et points d'abonnements. Les résultats de la commission sont attendus ce vendredi pour une décision définitive.

Tout part de la décision, prise par les autorités, de charger l'entreprise Eneo de normaliser la distribution et la gestion de l'énergie dans les espaces marchands de la ville, dont le Marché des femmes. Ces marchés, le plus souvent organisés en associations. Et c'est une association, au Marché des femmes, qui a pris les devants pour procéder, avec l'appui d'Eneo, au recensement des commerçants et boutiques afin de planifier les installations... C'est ainsi que deux transformateurs ont été installés dans ce marché, ainsi que tout le nécessaire pour accueillir les nouveaux instruments de gestion de cette énergie-là.

Problème : certains commerçants ne veulent pas de cet assainissement, parce qu'ils tiraient profit du trafic de l'énergie électrique. Eneo a dépêché des techniciens lundi, pour procéder à l'enlèvement de tous les câbles illicitement installés, afin de mettre en place un dispositif formel. C'est cela qui a causé ce remue-ménage. « Nous avons tenu une réunion hier et à l'issue de cette rencontre, deux principales résolutions ont été prises : dans un premier temps, tout le monde aura un compteur divisionnaire, et ensuite, les commerçants vont effectivement payer l'énergie au taux Eneo. Certains avaient peur qu'en passant par des intermédiaires, il y ait des surfacturations », a indiqué le sous-préfet.

L'autorité administrative indique que « tout le monde doit payer pour supporter la charge des frais engagés afin de mettre en place un nouveau dispositif ». Coût total de l'opération - acquisiton et installation du transformateur et d'autres matériels -, quelque 60 millions de F. Selon des informations obtenues par CT, Eneo va supporter 40% des coûts, et les commerçants le reste. Lorsque nous quittions les lieux hier, des commerçants avaient rouvert les boutiques, malgré l'absence d'électricité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.