9 Mai 2019

Sénégal: Abdoulaye Diop invite les acteurs de son département à être "moins dépendants" des budgets

Dakar — Le ministre de la Culture et de la Communication Abdoulaye Diop a appelé, jeudi, les acteurs de son département à être "moins en moins dépendants" des budgets pour l'exécution des projets du secteur, recommandant à voir d'autres "niches" pour pallier aux ponctions budgétaires.

"Le budget est une intention et la réalité est la trésorerie. Nous devons être de moins en moins dépendants des budgets. Cela dépend de quoi ? Nous avons une coopération engagée en ce qui concerne la culture", a-t-il déclaré.

Le ministre présidait l'atelier de validation de la contribution de la Culture à la Revue annuelle conjointe (RAC). Le rapport fourni par la cellule d'études et de planification du ministère de la Culture recommande de sensibiliser le ministère des Finances et du budget sur les ponctions budgétaires récurrentes.

Le ministre a estimé qu'il n'y a pas eu autant d'argent disponible ces dernières années pour la culture, invitant les acteurs à pousser ensemble avec les partenaires pour voir des niches.

"Le président de la République a montré toute sa bonne volonté dans la nomenclature budgétaire ces trois dernières années, des lignes ont été même doublées. Il y a une volonté réelle au ministère de la Culture, mais les acteurs doivent encore pousser avec l'ensemble des partenaires pour voir où est ce qu'on peut avoir des niches. On est dans un monde ouvert pas fermé", a-t-il dit.

Le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Birane Niang a plaidé pour "l'effectivité" de la loi dite de 1% datant de 1968. Elle stipule que tout bâtiment public ou recevant du public de vingt millions de francs CFA, doit consacrer 1 % de son budget à la décoration avec des œuvres d'arts locaux.

Il a aussi souligné le vote de la loi sur le mécénat et l'application de la directive 2013 du chef de l'Etat sur "un service, une tapisserie" pour booster les Manufactures des arts décoratifs (MSAD) de Thiès.

Selon M. Niang, ce sont des sources de financements qui peuvent profiter à la culture.

"La loi dite de 1 % n'est pas appliqué alors qu'elle est effective et pose des règles qui sont encore d'actualité. Il y a aussi le problème de la loi sur le mécénat qui devrait permettre à un nombre d'entreprises de soutenir le secteur de la culture", a indiqué Birane Niang.

Il a ajouté aussi aux préoccupations du département, l'inapplication de la directive du chef de l'Etat demandant à l'ensemble de ses services d'acquérir une tapisserie au profit des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (MSAD) de Thiès.

Concernant les infrastructures, le ministère de la Culture a relevé les projets non réalisés même s'ils sont inscrits au programme triennal d'investissement publique, notamment, la Bibliothèque nationale, l'Ecole nationale des arts et métiers de la Culture, l'équipement des centres culturels régionaux.

Sénégal

CAN 2019 / Algérie - Plusieurs morts après la qualification des Fennecs pour la finale !

La qualification des Fennecs dimanche pour la finale de la CAN 2019 a fait plusieurs victimes en Algérie. On… Plus »

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.