Burkina Faso: Forêt de Kua à Bobo-Dioulasso - Le déclassement de 16 ha autorisé, selon le maire

Le maire et sa délégation ont rassuré leurs hôtes sur la bonne marche du projet de l'hôpital.

Le maire de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, accompagné d'une délégation de maires d'arrondissement, a rendu visite à quelques personnes-ressources de la ville, le mercredi 8 mai 2019. Cette tournée a eu pour but de les informer sur la procédure de déclassement d'une portion de la forêt classée de Kua.

A la suite de la polémique sur le déclassement d'une partie de la forêt de Kua devant servir de site pour un hôpital de référence à Bobo-Dioulasso, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a convoqué une rencontre multipartite à son cabinet, le 6 mai 2019.

Ayant pris part à cette rencontre, le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, a fait le compte rendu à quelques autorités coutumières et religieuses de la ville, à travers une tournée, dans la matinée du mercredi 8 mai 2019.

Le maire s'est rendu successivement chez le chef de canton de Dioulassoba, le chef bobo de Dagasso, le chef suprême des Dioulas, chez le chef de la communauté peulhe et au siège de la communauté musulmane. A ces différentes étapes, le maire a eu pratiquement le même message. «Nous sommes là pour vous passer la vraie information et vous demander vos accompagnements et bénédictions», a indiqué Bourahima Sanou. Il a relaté les faits tels qu'ils se sont passés.

A l'entendre, la commune a simplement été saisie pour donner son avis sur un éventuel déclassement d'une portion de la forêt en question. C'est là que le conseil municipal, après concertation, a donné un avis favorable. A suivre le bourgmestre de Bobo-Dioulasso, il revenait maintenant au ministère de la Santé de poursuivre le dossier pour un éventuel déclassement.

Bourahima Sanou a profité de l'occasion pour déplorer la «désinformation» orchestrée par certaines personnes sur les réseaux sociaux. Il a dit être surpris par la réaction de certaines personnes qui ont dit que «la commune et le gouvernement veulent détruire la forêt».

«L'Etat et les collectivités territoriales sont les premiers gardiens des ressources naturelles y compris les forêts classées», a insisté le maire. Il a, en outre, confié qu'après la rencontre convoquée par le Premier ministre, en présence des ministres concernés par le sujet, la question a été tranchée.

Le déclassement des 16 hectares (ha) a été autorisé. Des mesures compensatrices ont été prévues parmi lesquelles un reboisement de 30 ha sur le site initial (à Borodougou) pour en faire une forêt. A ce reboisement, le maire a ajouté que la cour de l'hôpital sera boisée. D'où sa conviction que toutes ces mesures compenseront «largement» les arbres qui seront éliminés.

A la fin de la tournée, le maire s'est réjoui de la réaction des différentes personnes-ressources rencontrées. «Nous avons reçu le soutien de l'ensemble des personne-ressources auxquelles nous avons rendu visite», a-t-il laissé entendre. Et d'annoncer que les travaux sont prévus pour débuter entre fin septembre et début octobre 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.