Ile Maurice: Chagos - Le projet de résolution déposé à l'ONU

Le gouvernement l'avait dit : il ira de l'avant avec sa résolution devant l'Assemblée générale des Nations unies. Et, en effet, le Sénégal, au nom du Groupe des États d'Afrique au sein de l'instance internationale, qu'il préside, a déposé à l'Organisation des Nations unies (ONU) la résolution, le mardi 7 mai. Celle-ci, entre autres, donne six mois au Royaume Uni pour se retirer de l'administration des Chagos, en respect de l'avis consultatif favorable à Maurice rendu par la Cour internationale de justice de La Haye.

La résolution devra être débattue à l'Assemblée générale le 22 mai. Le Premier ministre l'a annoncé ce soir, vendredi 10 mai, lors de l'inauguration du Port-Louis Waterfront.

Pravind Jugnauth n'avait pas digéré la position adoptée par l'Angleterre sur le dossier Chagos. Lors d'un «statement» à l'Assemblée nationale vendredi 3 mai, le chef du gouvernement a affirmé qu'il considère que l'action du pays de la Reine de refuser de reconnaître la souveraineté de Maurice sur les Chagos était «un affront à l'État de droit, au continent africain et aux Nations unies». Il avait donc annoncé qu'il allait aller de l'avant avec la résolution, préparée avec les pays qui soutiennent Maurice.

Ashok Beeharry a posté le document présenté par le Sénégal sur sa page Facebook.

Malgré l'avis consultatif favorable de la Cour internationale de Justice en faveur de Maurice sur le dossier Chagos, sir Alan Duncan, secrétaire d'État pour l'Europe et l'Amérique, a déclaré, devant le Parlement britannique, qu'il n'y a «pas de doutes sur la souveraineté (NdlR : de la Grande-Bretagne) sur l'archipel des Chagos».

Cela s'est passé mardi 30 avril. Quelques heures plus tard, le Prime Minister's Office a réagi à travers un communiqué et a exprimé sa déception par rapport à la position de la Grande-Bretagne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.