Congo-Brazzaville: Le porte-parole du gouvernement conteste le rapport de l'OCDH sur les prisons

La réponse du gouvernement du Congo-Brazzaville suite au rapport annuel de l'Ogranisation Congolaise des Droits de l'Homme (OCDH), qui dénonce l'insalubrité des prisons du pays ne s'est pas faite attendre.

L'ONG assure y avoir enregistré 30 décès pour la période 2017-2018. Elle met en cause, la surpopulation des prisons, et de nombreux cas de malnutrition.

Un rapport rejetté en bloc par les autorités. Thierry Moungalla, le porte parole du gouvernement, se refuse à commenter les données du rapport et accuse l'OCDH de cabale politique.

Le gouvernement en concertation avec une vingtaine d'ONG de la société civile a signé un protocole d'accord le 22 février 2019 et c'est une plate-forme de concertation permanente qui permet de manière constructive de faire avancer les questions des droits de l'homme.

Le gouvernement note que l'OCDH a refusé de signer ce protocole parce que cette organisation était dans une démarche solitaire qui était de procéder à des accusations que je qualifierais de politiciennes.

Thierry Moungalla rejette en bloc les accusations de l'OCDH sur les prisons congolaises

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.