13 Mai 2019

Sud-Soudan: Les discothèques interdites à Juba en raison des «actes immoraux»

La présidence a annoncé sur Facebook samedi l'interdiction des discothèques, à l'issue d'une rencontre entre le président Salva Kiir et le gouverneur de l'État de Jubek, l'État dont Juba fait partie. Le gouverneur assure que ce qui se passe dans les discothèques, notamment la prostitution des mineurs, « est vraiment dangereux pour l'avenir du pays ».

Le gouverneur de l'État de Jubek veut serrer la vis des fêtards à Juba. Augustino Jadalla Wani annonce que les bars doivent désormais fermer leurs portes à 22 heures. Quant aux discothèques, elles sont « carrément fermées », dit-il, jusqu'à nouvel ordre parce qu'elles représentent un grave danger pour la jeunesse.

Le gouverneur indique que des filles d'une douzaine d'années se prostituent dans des boîtes de nuit et que certains établissements proposent même leurs services « pour emporter ».

Dans un message audio sur Facebook, il assure que le Soudan du Sud tout entier est concerné : « Nous sommes déterminés à fermer les discothèques dans ce pays. Tant qu'il y aura de l'instabilité, il faut empêcher les gens de pousser les jeunes à vendre leurs corps. »

La fermeture des discothèques étonne le chercheur Jok Wadut Jok, un cofondateur de l'Institut Sudd de Juba. Le Soudan du Sud n'est pas un pays de droit islamique, rappelle-t-il, déplorant que le gouverneur ait fait cavalier seul : « Ce décret n'a fait l'objet d'aucun débat, ni au Parlement, ni dans une quelconque assemblée. On gouverne désormais par décret et les citoyens n'ont pas voix au chapitre. »

Le gouverneur de Jubek a aussi annoncé que les couples qui passent la nuit à l'hôtel doivent désormais produire un certificat de mariage.

Sud-Soudan

La signature de l'accord de transition s'enlise

Cela fait maintenant plus d'une semaine que le Soudan attend la signature d'un accord de partage du pouvoir. Le… Plus »

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.