Afrique de l'Ouest: Pression fiscale dans l'Uemoa - La place du Sénégal dans l'espace communautaire

"Le Sénégal se situe en dessous de la moyenne des pays de l'espace UEMOA en matière de recouvrement de recettes fiscales rapportées au PIB en début de période.

Avec une pression fiscale moyenne de 11,6% entre 1997 et 1998, il ne dépasse que le Niger. A partir de 1999, le Sénégal occupe avec le Togo la seconde place derrière la Côte d'Ivoire". L'information est de la Direction de prévision et des études économiques (Dpee) dans son rapport sur l'évaluation du potentiel fiscal du Sénégal.

Dans ce document parcouru par le journal de l'économie sénégalaise (Lejecos), la Dpee souligne que par la suite, à la faveur des réformes entreprises notamment au niveau communautaire ainsi que des efforts de simplification de la fiscalité, le Sénégal se maintient en seconde position avec 13,2% en moyenne sur la période 2000-2005 ; la Côte d'Ivoire occupant toujours la première place.

Cependant, à partir de 2006, précise la Dpee, le Sénégal est rattrapé par le Togo. Les deux pays réalisent des performances comparables jusqu'en 2010 (14,4% en moyenne) ; la Côte d'Ivoire restant en tête.

A la faveur de l'exploitation pétrolière, le Niger occupe la première place depuis 2011 suivi du Togo tandis que la Côte d'Ivoire a subi les contrecoups de la crise politique. Elle réalise toutefois de meilleurs résultats que le Sénégal à l'exception de 2011 et 2014.

"Le Togo, quant à lui dépasse le seuil de 20% et réalise la même performance que le Niger en 2014 sous l'effet d'une réforme majeure des finances publiques consacrant la création de l'Office togolais des recettes. Cette entité regroupe l'ensemble des régies fiscales", informe la même source.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.