Gabon: Les hôpitaux refusent de prendre en charge les frais des assurés à la CNAMGS

Au Gabon, il n'est pas bon de tomber malade en ce moment. Les hôpitaux du service public refusent de prendre en charge les malades assurés par la Caisse nationale d'assurance maladie et de garantie sociale, l'assurance obligatoire dans le pays.

La CNAMGS doit des factures énormes aux hôpitaux qui ne parviennent plus à fonctionner normalement d'où la colère des médecins.

Patrice Émery sort de l'hôpital général au chevet de sa belle-mère. Il est fâché de payer cash les frais d'hospitalisation alors que sa belle-mère est assurée par la Caisse nationale d'assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) : « Sortir de l'argent comme ça, ce n'est pas sérieux. Que le gouvernement essaie de trouver des solutions là-dessus, parce que ce n'est pas normal ! »

La situation dure depuis trois semaines et beaucoup de Gabonais en font les frais : « J'ai eu une fracture au pied.

On me donne plus le traitement avec la CNAMGS », témoigne un usager. À ses côtés, un autre renchérit : « Il y a ma mère qui est malade, on ne peut pas nous recevoir. Je suis vraiment déçu de la CNAMGS. »

Nouvelle rencontre cette semaine

La semaine dernière, Denise Mekamne, ministre de la Santé, a réuni tous les acteurs de la santé sans trouver une solution immédiate : « Lorsque la CNAMGS dit qu'elle a payé les factures, l'hôpital dit qu'ils n'ont rien reçu.

Donc c'est ce qui crée ce dysfonctionnement et c'est ce qui a créé justement la colère des partenaires sociaux. Et ça nous a amenés dans la situation actuelle. »

Si la CNAMGS ne paye pas sa dette auprès des hôpitaux, la situation peut encore durer, prévient Serghes Mikala Moundanga, du Syndicat national du personnel de santé (SYNAPS) : « Jusqu'à ce qu'on voit clair, nous avons tous décidé de ne rien faire concernant la CNAMGS. »

Une réunion cruciale est prévue cette semaine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.