Afrique de l'Ouest: Un accord Suisse-BCEAO de 3,911 milliards de F Cfa en faveur de l'inclusion financière dans l'UEMOA

Poignée de main après signature de convention de partenariat entre M. Tiémoko Mieylé Koné Gouverneur de la BCEAO et Dr Marion Weichelt Krupski, Ambassadeur de Suisse au Sénégal, le lundi 13 Mai 2019 à Dakar
13 Mai 2019

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), M. Tiémoko Meyliet Koné et l’Ambassadeur Suisse au Sénégal, Dr Marion Weichelt Krupski ont signé, ce lundi 13 mai à Dakar, une convention de financement qui s’élève à 3,911 milliards de F Cfa. Cette manne financière dont les 2,520 milliards de F Cfa sont au titre de la contribution de la Confédération suisse et le reliquat, soit 1,391 milliards de F Cfa, à la charge de la BCEAO, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière dans l’UEMOA.

La Confédération Suisse vient de concrétiser son engagement pris suite à la table de ronde des bailleurs de fonds organisée en 2016 pour participer au financement de certaines activités de la Stratégie régionale d’inclusion financière de l’UEMOA.

Son ambassadeur accrédité à Dakar, Dr Marion Weichelt Krupski, a signé avec le gouverneur de la BCEAO, un accord de partenariat pour un montant de 3,911 milliards de F Cfa. Les 2,520 milliards de F Cfa de cette enveloppe représentent la contribution de son pays et le reliquat, soit 1,391 milliard de F Cfa, est à la charge de la Banque Centrale.

Le gouvernement de la BCEAO, M. Tiémoko Meyliet Koné, estime que cet acte consacre, en effet, la volonté réaffirmée de la Confédération Suisse de contribuer au bien-être des populations des pays de l’UEMOA à travers l’inclusion financière.

Ainsi, souligne-t-il, les principales actions prévues dans le cadre de ce partenariat concernent, pour une partie, le renforcement de l’éducation financière et la protection des consommateurs ; et pour l’autre, la mise en place d’un cadre fiscal et des politiques favorables à l’inclusion financière.

Dans cette même lancée, l’Ambassadeur Suisse à Dakar rappelle que cette présente contribution est un des trois volets de l’appui de son pays pour permettre à plus d’agriculteurs, d’éleveurs, de femmes et de jeunes de mieux utiliser l’épargne, le crédit et les assurances.

Ce qui, à son avis, va également leur permettre d’accroître les actifs pour atténuer les chocs causés par des situations d’urgence, des maladies, des accidents ainsi de réaliser des investissements productifs.

Mme Krupski confie qu’un premier contrat a été signé dans ce sens avec la Swiss Capacity Building Facility (SCBF), une organisation à but non lucratif, qui aide à la création des produits financiers adaptés aux besoins des populations.

Un autre contrat est prévu avec la Social Performance Task Force (SPTF), une organisation également à but non lucratif, qui a pour mission de rendre les services financiers plus sûrs et plus avantageux pour les clients.

Cette dernière structure est, selon Mme l’ambassadeur, spécialisée dans la formation de la population à la bonne connaissance et une meilleure utilisation des produits financiers mais aussi les protège du surendettement et des produits toxiques.

5,5 milliards de F Cfa de la Suisse sur cinq ans

Le gouverneur de la BCEAO a profité de cette occasion pour rappeler que l’inclusion financière est aujourd’hui un défi au cœur des préoccupations des pouvoirs publics notamment dans les pays en développement.

A ce titre, souligne Tiémoko Meyliet Koné, le Conseil des ministres de l’UMOA en a fait une priorité en adoptant en juin 2016, le document cadre de politique et de stratégie régionale d’inclusion financière afin de promouvoir l’émergence d’une population financièrement éduquée.

Un document qui a été assorti d’un plan d’action, et structuré autour de cinq axes stratégiques et d’un budget de 30 milliards de F Cfa, dont 2,27 milliards de F Cfa au titre de la contribution financière de la BCEAO.

Après cette première contribution Suisse, le Dr Marion Weichelt Krupski annonce qu’au total, ce sont plus cinq milliards et demi de francs Cfa que la Confédération Suisse apportera à la mise en œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière pour les cinq prochaines années (2019-2023).

Elle espère ainsi que cet acte posé par la Confédération Suisse et la BCEAO marquera le début d’une collaboration plus intense entre les deux parties notamment à travers le Comité régional de pilotage de la stratégie d’inclusion financière.

Mme Krupski avise de l’intérêt de son pays à participer activement aux activités dudit Comité pour partager ses expériences issues d’autres régions en matière d’inclusion financière.

Ainsi, dans les pays de l’UEMOA où il y a des bureaux de coopération Suisse, fait-elle savoir, son pays s’engage à prendre part aux activités des comités nationaux de suivi de la mise en œuvre de la stratégie d’inclusion financière.

Par cette signature, souligne-t-elle, la Suisse réaffirme de manière plus globale son engagement pour l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest.

« Notre appui à la stratégie d’inclusion financière de la BCEAO constitue en effet un des axes de notre approche régionale qui vise l’amélioration des conditions de vie des populations les plus vulnérables. Ce qui renforce notre soutien à la mise en œuvre de la politique agricole de la CEDEAO ainsi que celui de la commercialisation du bétail en Afrique de l’Ouest ».

Selon l’ambassadeur Suisse, son pays compte apporter sa contribution à la résolution des défis de la région en favorisant l’atteinte d’une croissance soutenue et inclusive, ainsi lutter efficacement contre la pauvreté.

Un objectif qui, d’après le gouverneur de la BCEAO, passera par le fait de permettre aux populations d’avoir accès à une gamme de produits et services financiers diversifiée qui doit être adaptée à leurs besoins et à des coûts abordables.

Pour Tiémoko Meyliet Koné, la réalisation de cet objectif sera difficile à atteindre compte tenu du  faible niveau d’alphabétisation et d’éducation financière de nos populations.

C’est pour cette raison rassure-t-il que la stratégie régionale comporte des actions spécifiques pour assurer une utilisation judicieuse et optimale de services financiers grâce à une meilleure connaissance des populations.

Le patron de la BCEAO demeure convaincu que cet accord avec la Suisse contribuera à inscrire résolument cette coopération dans une nouvelle dynamique plus porteuse d’actions susceptibles de hisser davantage leur partenariat pour leurs ambitions en contribuant fortement au bien-être des populations de l’union.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.