Congo-Kinshasa: A Kisangani, Fayulu insiste sur le « divorce » de la coalition FCC-CACH

Ayant tenu ce lundi 13 mai un meeting à Kisangani, dans la province de la Tshopo devant des milliers de partisans, à la place de la poste dans la commune de Makiso, Martin Fayulu a annoncé des manifestations pacifiques pour obliger Félix Tshisekedi à « rompre » son mariage avec Joseph Kabila.

Pour le candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2018, Joseph Kabila a la mainmise sur le pouvoir de Félix Tshisekedi. Pour cela, il appelle à la mobilisation pacifique en vue de pousser la coalition FCC-CACH à ne pas persister.

« Préparons-nous parce que dans peu de jours, nous allons commencer les marches. Bientôt nous allons donner le mot d'ordre pour demander à Kabila et Tshisekedi de divorcer. C'est un mariage indésireux. Les Congolais ont besoin du mariage avec le commandant du peuple. Nous disons à notre frère Tshisekedi d'abandonner ce deal. Les gens l'ont induit en erreur. Préparons-nous, personne ne va faire marche arrière », a-t-il lancé.

Pour le compte du Mouvement de libération pour le Congo (MLC), Eve Bazaiba a aussi appelé la foule à se lever pour ne pas placer sa confiance en Félix Tshisekedi. «Si tu as la malchance donc tu as la malédiction et par conséquent tu ne peux pas nous diriger. Alors levons-nous pour lui montrer que nous ne voulons pas de lui », a déclaré la secrétaire générale du MLC.

Donc, Martin Fayulu poursuit son fameux « combat » pour la vérité des urnes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.