Maroc: Passage en force de 52 migrants subsahariens à Mellilia

Un groupe d'immigrés irréguliers, issus de pays de l'Afrique subsaharienne, ont pris d'assaut, dimanche matin, la clôture séparant le préside occupé de Mellilia au niveau de la zone Ouled M'hammed, relevant de la commune Beni Ansar (province de Nador), a-t-on appris auprès des autorités locales de Nador.

Les forces publiques sont intervenues pour mettre en échec cette opération, arrêtant 40 immigrés illégaux, au moment où une cinquantaine d'autres ont réussi à franchir la barrière, a-t-on précisé de même source.

Lors de cette opération, 7 éléments des forces publiques et deux Subsahariens ont été blessés et transférés par la suite à l'hôpital provincial de Nador pour recevoir les soins nécessaires, a-t-on ajouté.

Un migrant a été emmené dans un centre médical pour soigner les coupures qu'il s'est faites en escaladant la barrière tandis que quatre policiers espagnols ont été légèrement blessés, selon un communiqué du ministère espagnol de l'Intérieur. Un migrant a été arrêté pour avoir attaqué un policier.

Les 52 migrants qui sont parvenus à entrer à Mellilia ont été conduits au centre d'accueil temporaire pour immigrés dudit préside où on leur a remis des vêtements neufs.

Des images publiées par le journal local « El Faro de Ceuta » montraient des vestes et des pulls restés accrochés sur les barbelés qui surmontent la barrière et que les migrants ont abandonnés en franchissant la frontière.

Il s'agit du plus important assaut entrepris sur la barrière de Mellilia depuis octobre 2018 lorsque quelque 300 candidats à l'immigration illégale avaient tenté de l'escalader. Quelque 200 migrants avaient alors réussi à entrer à Mellilia. L'un d'eux était mort, apparemment d'une crise cardiaque.

Les deux présides occupés de Sebta et Mellilia sont des points d'entrée dans l'UE utilisés par les candidats à l'immigration illégale, qui tantôt tentent d'escalader les barrières qui y sont érigées, tantôt essayent d'y parvenir à la nage en longeant la côte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.