Cameroun: ONU - Le Cameroun enfin à l'ordre du jour

Le Conseil de sécurité de l'ONU.

Human Rights Watch demande à l'ONU d'intervenir auprès du gouvernement camerounais pour mettre fin aux violences, notamment dans la partie anglophone du pays.

Le conseil de sécurité de l'ONU se réunissait à New-York ce lundi pour parler de la situation humanitaire au Cameroun. C'est une réunion informelle, une première consacrée au pays, secoué depuis 2017 par un conflit armé entre séparatistes anglophones et le pouvoir du président Paul Biya.

La situation humanitaire au Cameroun inquiète les organisations de défense des droits de l'Homme, à l'image de Human Rights Watch qui appelle le Conseil de sécurité de l'ONU à accroitre la pression sur le gouvernement camerounais pour que les responsables de crimes et abus soient traduits en justice.

Illaria Allegrozzi de Human Rights Watch :

"Nous recevons régulièrement des rapports d'abus qui sont commis dans cette région et nous appelons le Conseil de sécurité à faire pression sur le gouvernement camerounais pour amener les responsables de ces abus en justice. Ça sera vraiment un pas important pour rétablir la confiance entre les autorités et la population."

De l'apaisement pour rétablir la confiance

L'organisation dit craindre également de nouvelles violations des droits humains si le gouvernement ne contrôle pas ses forces armées et si les chefs des groupes séparatistes armés ne donnent pas clairement à leurs combattants l'instruction de cesser les violences.

Pour que le calme revienne il faudrait adopter le langage de l'apaisement, selon Hans de Marie Heungoup, chercheur à l'International Crisis Group sur l'Afrique centrale :

"Il faut absolument commencer par prononcer des mots d'apaisement pour permettre de rétablir un minimum de confiance entre les parties belligérantes. Une fois que ce climat aura été mis en place, alors des discussions sur le fond, c'est à dire sur la réforme du Cameroun, du mode de gouvernance et des institutions devront être engagées et en présence d'un médiateur comme le réclame à cor et à cri les séparatistes anglophones."

Face aux pressions internationales, le président Paul Biya s'est dit prêt à organiser un dialogue pour résoudre la crise anglophone au Cameroun. Avec une réserve toutefois : ce dialogue doit exclure toute discussion sur la partition du pays comme le prônent les séparatistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.