Cameroun: Mrc - Un cadre du parti réhabilité après 4 mois de suspension

L'affaire secrétaire départementale du Mrc pour le Ndé, Me Petnga Jeannette, épouse Tchoumi contre la Fédération régionale de l'Ouest et la Commission nationale de Médiation et d'Arbitrage a rendu son verdict le 20 avril 2019. Après les modalités d'usage qui ont duré près d'un mois, elle a été invitée de signer la décharge de la décision le 9 mai de l'année en cours.

« Statuant publiquement et contradictoirement à l'égard de la requérante et sur pièces à l'égard du secrétaire de la fédération régionale de l'Ouest qui n'a pas cru devoir se présenter, déclare nulle et de nul effet la suspension de la secrétaire départementale du Ndé », l'on peut lire dans la décision de la commission nationale de médiation et d'arbitrage. Qui ajoute, « invite Madame Petnga Jeannette, épouse Tchoumi à réintégrer l'unité de rattachement du parti à laquelle elle appartenait avant sa suspension à savoir le secrétaire de la Fédération départementale Mrc du Ndé, et à poursuivre la mobilisation des militants dans cette structure politique ».

Rencontrée, le 13 mai 2019, la secrétaire de la Fédération départementale Mrc du Ndé, déclare que « la vérité a fini par triompher ». Elle ajoute que « le Mrc est un grand parti. Une formation politique basée sur la vérité et la justice. Vous réalisez que les hauts cadres étant même incarcérés comme prisonniers politiques à Kondengui, les organes fonctionnent normalement. Je suis très contente de cette décision qui me rétablie dans mes droits. Cela témoigne de ma moralité, de mon sens de responsabilité et surtout de mon militantisme avéré ». Me Petnga Jeannette sait déjà comment elle va réaccorder les violons des responsables communaux pour reprendre le bastion. « Les élections locales et législatives arrivent. Nous n'avons du temps désormais qu'aux actions qui nous feront avancer. Notre stratégie est connue en interne. Il s'agira pour nous de la mettre en branle ».

Election présidentielle

Me Petnga Jeannette avait été suspendue par la Fédération régionale de l'Ouest pour « haute trahison », après le scrutin du 7 octobre 2018. Les membres du parti à ce niveau estimaient qu'elle était au centre d'un marchandage de voix en faveur du Rdpc. La militante s'est rendue compte de sa suspension le 7 janvier 2019, dans des médias sociaux. Elle a fait un recours le 12 janvier, qu'elle a intitulé « Mémoire ». Dans ce mémoire de 5 pages, elle reconnait n'avoir pas informé sa hiérarchie des actions menées sur le terrain, « nous étions en pleine effervescence des élections. Nous avons mouillé le maillot. S'il est vrai que lors de la lecture par le conseil constitutionnel on attribuait au département du Ndé un résultat de 3%, ce qui est faux car les Pv en possession de mon chargé des questions électorales nous donnent 47 % et après fraude, le Pv de la commission départementale fait état de 21% pour le Maurice Kamto et 3% pour Garga Haman Hadji et le total du Ndé donne 101%.

Garga Harman en pleine audience s'est étonné de son score de 21%, alors qu'il ne connaissait personne à Bangangté, il n'y est pas allé faire la campagne ». Pour la responsable Mrc-Ndé, l'heure n'est pas à la rancune. « Je n'en veux à personne, la mauvaise information a contribué pour beaucoup dans cette suspension. Bien au contraire, nous allons renforcer les liens d'efficacité avec la Fédération régionale pour des victoires prochaines. Nous prions pour notre guide, le Pr Maurice Kamto. Il sera bientôt libre de ses mouvements et nous continuerons à faire rêver les enfants du Cameroun, dont la majorité n'a d'yeux que pour lui ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.