14 Mai 2019

Afrique du Nord: La faim prend de l'ampleur au Proche-Orient et en Afrique du Nord

Photo: ©FAO/Cengiz Yar
Un marchant ambulant vend des produits alimentaires à l'extérieur d'un camp pour personnes déplacées

Plus de 52 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique dans la région

La propagation et l'aggravation des conflits et des crises observées depuis 2011 dans la région MENA (Proche-Orient et en Afrique du Nord) compromettent les efforts régionaux en vue de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Tel est le constat de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui, dans son «Aperçu régional de l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition au Proche-Orient et en Afrique du Nord», relève que 52 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique dans la région.

La faim dans la région Proche-Orient et Afrique du Nord (NENA) continue d'augmenter, fait observer l'agence onusienne notant également des cas de retard de croissance, d'émaciation et de sous-alimentation beaucoup plus graves dans les pays frappés par des conflits.

De nombreux enfants âgés de moins de cinq ans sont affectés par un retard de croissance (21,1%); certains souffrent d'émaciation (8,7%) alors que d'autres sont en surpoids (9,1%).

Selon l'organisation, «les conflits sont toujours le principal facteur de souffrances liées à la faim dans la région. Plus de deux-tiers des personnes souffrant de la faim dans la région NENA, soit près de 34 millions de personnes, vivent dans des pays affectés par des conflits, en comparaison aux autres 18 millions de personnes souffrant de la faim, qui ne vivent pas dans des pays directement affectés par un conflit».

Pour le sous-directeur général et Représentant régional de la FAO pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, Abdessalam Ould Ahmed, « les conflits et l'instabilité civile dans la région ont des effets à long terme sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des pays affectés, mais aussi des pays voisins». D'après lui, ils ont perturbé la production alimentaire et animale dans certains pays, affectant la disponibilité en nourriture dans la région.

Dans son rapport, la FAO fait également état de taux d'obésité particulièrement élevés dans certains pays de la région. Ce qui compromet «la santé des populations, leurs styles de vie ainsi que l'économie et les systèmes de santé de ces pays».

Lutter contre l'obésité implique de mettre en place des systèmes alimentaires capables de garantir une alimentation saine et nutritive, d'améliorer la sensibilisation du public sur les problèmes liés à l'alimentation et de les informer sur les risques associés au surpoids et à l'obésité.

Outre la crise alimentaire et l'obésité galopante observées dans certains pays de la région, le rapport montre que les conflits compromettent aussi le degré de transformation rurale.

D'après Abdessalam Ould Ahmed, «les pays ne connaissant pas de conflits et ayant réalisé des progrès considérables en transformant les zones rurales de manière durable et notamment en améliorant la gestion des ressources en eau ont obtenu de meilleurs résultats au niveau de la sécurité alimentaire et de la nutrition que ceux qui sont aux prises avec un conflit ou présentant des niveaux de transformation rurale plus faibles».

Il souligne, par ailleurs, la manière dont le rapport insiste sur la nécessité de déployer davantage d'efforts afin de stimuler l'emploi en milieu rural, de stimuler la croissance économique en zones rurales et de réduire le fossé entre zones urbaines et rurales tout en améliorant la productivité agricole, les infrastructures et les services en milieu rural.

Pour parvenir à une transformation rurale et à la réalisation de l'objectif Faim Zéro, la FAO rappelle qu'il existe au niveau régional de nombreuses façons de transformer l'agriculture de manière durable.

L'une d'elles consiste à : améliorer l'accès aux marchés pour les agriculteurs, à faire la promotion des investissements dans l'agriculture et le transfert des technologies et d'autres innovations, à améliorer la gestion des ressources en eaux et à élaborer des changements politiques importants qui permettront de faciliter le passage d'une agriculture de subsistance vers des systèmes de production plus commerciaux et diversifiés.

Pour Ould Ahmed, il est aussi nécessaire d'encourager les agriculteurs à produire en se basant sur l'avantage comparatif de la région.

Afin de soutenir le développement et la mise en œuvre de politiques et de programmes destinés à effacer les différences entre zone rurale et urbaine, le rapport de la FAO exhorte à davantage d'efforts et d'action.

En savoir plus

La faim continue d'augmenter - 52 millions de personnes souffrent de sous-alimentation

Les conflits et le fossé grandissant entre les zones urbaines et rurales freinent les efforts régionaux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.