Sénégal: Greenpeace surprise de la réponse du ministre de la pêche face aux nombreuses disparitions de pêcheurs sénégalais en mer

communiqué de presse

Greenpeace est surprise de la réaction de la nouvelle ministre sénégalaise des pêches et de l’économie maritime, Mme Aminata Mbengue Ndiaye qui estime que les disparitions des pêcheurs sénégalais en mer sont causées par le fait que «certains pêcheurs ne prennent pas en compte les mesures de sécurité établies».

Greenpeace s’inquiète de la disparition des pêcheurs sénégalais en mer qui, ces dernières années, a atteint un niveau très inquiétant au regard du nombre de pertes en vies humaines. Même si les responsabilités sont partagées entre les acteurs et l’Etat, toujours est-il que c’est à ce dernier de mettre en place les conditions nécessaires pour assurer la sécurité des pêcheurs en mer.

L’éloignement des zones de pêche causé par la raréfaction de la ressource et un mauvais système de gestion des pêches, est l’une des principales causes à l’origine de ces tragédies. Les lenteurs et les dysfonctionnements dans la prise en charge des accidents en mer, restent aussi des facteurs importants dans la recrudescence de la disparition des pêcheurs.

Acteurs incontournables de l'économie sénégalaise, les pêcheurs méritent beaucoup plus de considérations de la part des autorités. Le Sénégal tarde à encadrer le métier de pêcheur. Aucune disposition réglementaire n’a été jusqu’ici mise en place pour la pratique de la profession de pêcheur artisan.

Il s’avère important de mener de larges concertations avec les parties prenantes afin d’identifier et de mettre en œuvre des stratégies permettant de réduire les cas d’accident en mer, notamment le renforcement des moyens de surveillance, la géo localisation des pirogues, la mise en place d’un système de suivi des pirogues de pêche artisanale à l’instar de ce qui se fait pour la pêche industrielle avec le Vessel Monitoring Service (VMS).

A ujourd'hui, en plus de la subvention des gilets de sauvetage aux pêcheurs, le gouvernement du Sénégal doit travailler à répertorier tous les pêcheurs artisans actifs au Sénégal et à mettre en place des outils efficaces qui peuvent permettre de détecter les pirogues artisanales o ù qu’elles se trouvent en mer et de leur venir en aide. Le Sénégal doit aussi mettre en place des politiques de pêche adaptées pour lutter contre la surpêche et les mauvaises pratiques de pêche notamment la pêche Illicite, Non déclarée et Non réglementée (INN).

À cause de politiques de pêche inadaptées, de la surpêche et des mauvaises pratiques de pêche, les pêcheurs artisans sont contraints d’aller très loin en mer en risquant leur vie pour attraper le poisson qui devient de plus en rare. Rien qu’en 2017, il a été enregistré 141 morts ou disparus dans 92 accidents en mer, selon le rapport de la Direction de la Protection et de la Surveillance des Pêches (DPSP).

Plus de: Greenpeace

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.