Niger: Les leçons de l'attaque de la prison de Koutoukalé

L'attaque a visé la prison la plus sécurisée du Niger. Les assaillants ont été repoussés mais leur action montre qu'ils n'ont pas été dissuadés par le dispositif en place. Les djihadistes cherchent des coups médiatiques.

Au lendemain de l'attaque de la prison de Koutoukalé au Niger, la piste terroriste est privilégiée. Les autorités ont présenté un bilan actualisé de l'attaque. Elle a fait un mort côté militaire. Le soldat tué était un sous-officier de la Garde nationale qui a succombé à ses blessures, selon une source sécuritaire.

Les forces nigériennes ont pu empêcher les assaillants d'aller jusqu'au bout et ont récupéré des armes et des véhicules abandonnés. La prison attaquée accueille de nombreux détenus dangereux dont des djihadistes. Raison pour laquelle elle est réputée la plus protégée du pays. D'où le retentissement qu'a eu cette attaque.

Ibrahim Yacouba, ancien ministre nigérien des Affaires étrangères, rappelle que ce n'est pas la première fois que cette prison est attaquée. "C'est un fait établi aujourd'hui, les groupes terroristes veulent montrer qu'ils peuvent attaquer n'importe quel coin de nos pays dans les conditions qu'ils auront eux-mêmes déterminées", explique par ailleurs l'ancien chef de la diplomatie nigérienne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.