Nigeria: Leah Sharibu toujours en captivité

Triste anniversaire au Nigeria. Plusieurs organisations locales de la société civile ont eu une pensée pour Leah Sharibu, qui a eu 16 ans mardi 14 mai. Cette jeune est toujours aux mains des jihadistes de Boko Haram. Leah Sharibu avait été kidnappée le 19 février 2018 dans son pensionnat à Dapchi, dans l'État de Yobe, avec 105 autres jeunes filles. Toutes les autres lycéennes enlevées ce jour-là ont été libérées quelques semaines plus tard, sauf elle. Depuis, cette jeune est au coeur d'une campagne de pression pour encourager les autorités à obtenir sa libération.

Au-delà des 112 lycéennes de Chibok, toujours captives de Boko Haram, Leah Sharibu focalise également une certaine attention des organisations de la société civile. D'abord parce que cette jeune chrétienne aurait été retenue prisonnière, pour avoir refusé de se renier sa foi et de se convertir à l'islam. Ensuite, parce que sa captivité pose la question du manque de transparence des autorités sur les négociations des otages avec Boko Haram.

Les proches de Leah Sharibu oscillent depuis un an entre de longs moments de tristesse et de rares instants d'espoir. À l'image de Nathan Sharibu, son père, qui s'accroche à une promesse des autorités de la ramener saine et sauve sous peu : « L'année dernière, en octobre, le président en personne a appelé mon épouse. Il lui a assuré que son administration ferait tout son possible pour que ma fille rentre enfin à la maison. Puis il a envoyé quelques ministres me rendre visite à mon domicile dans l'État de Yobe. Mais depuis, nous n'avons plus aucune nouvelle. »

Le mouvement « Bring back our girls » déplore le manque de volonté politique affiché par les autorités sur ce dossier. Ces derniers jours, les politiques s'emparent progressivement du sujet. Comme Atiku Abubakar, leader du PDP, qui souhaite une libération prochaine de cette jeune.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.