14 Mai 2019

Afrique: Union africaine-CEDEAO - Conclave à Niamey début juillet prochain d'une portée sociale historique des premières dames ouest-africaines pour la croisade contre les mariages d'enfants.

La Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a officiellement été saisie par la Première dame du Niger, Dr. Lalla Malika Issoufou, pour porter techniquement et financièrement, l'organisation d'une rencontre des Premières dames ouest-africaines, en marge du Sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine, prévu à Niamey les 7-8 juillet 2019.

La Commission de la CEDEAO, à travers son département des Affaires sociales et du Genre et sur validation des ministres en charge du Genre des États membres, va proposer la «Déclaration Solennelle des Premières dames de la Cedeao pour mettre un terme au mariage d'enfants dans l'espace CEDEAO et pour la scolarisation et le maintien de la jeune fille à l'école». Cette déclaration sera présentée début juillet 2019 à l'occasion du prochain Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de la CEDEAO.

Soutien sans faille des institutions internationales

Cette requête de la Première Dame du Niger, Dr Lalla Malika Issoufou, soutenue par plusieurs institutions nationales, régionales et internationales a été adressée lors d'une mission officielle de la Vice-présidente de la Commission de la CEDEAO, Mme Finda Koroma, du 19 au 24 janvier 2019 à Niamey au Niger. Mme Finda Koroma à l'occasion de son séjour au Niger a pris part à la caravane marquant le lancement officiel de la campagne de mobilisation sociale sur l'utilisation des services de santé reproductive au Niger.

Cette caravane qui a quitté Niamey le mardi 22 janvier 2019, pour Maradi, ville située à 600 kilomètres, avait pour objectif de promouvoir la demande de services de la santé de la reproduction, en particulier repositionner la planification familiale et lutter contre les violences basées sur le genre ainsi qu'un plaidoyer fort pour la scolarisation et le maintien des filles à l'école.

Forte participation interactive du gouvernement

L'initiative a connu la participation de plusieurs autorités notamment les ministres de la Santé publique, de la Promotion de la femme et de la Protection de l'enfant et celui en charge de l'Enseignement; des députés de la région, des chefs religieux et traditionnels venus du Nigeria et du Tchad, des réseaux de jeunes, et des partenaires tels que les représentants des ambassades de Luxembourg, de la Belgique, du Danemark, de la Norvège, de l'Union européenne et du Système des Nations unies.

En marge des activités avec la Première dame du Niger, Mme Finda Koroma a eu des rencontres parallèles avec le Premier ministre et chef du gouvernement nigérien ; le ministre d'État, ministre de l'Intérieur ; le ministre de la Justice ; le ministre de la Santé ; le ministre de l'Education; le ministre du Genre et le ministre de l'Intégration africaine du Niger.

L'audience avec le Premier ministre avait pour objet de discuter avec les autorités nigériennes de l'ouverture prochaine d'une Représentation permanente de la Cedeao au Niger, et d'un Centre national de coordination du mécanisme d'alerte précoce et de réponse rapide au Niger.

Les membres de la mission officielle de la Vice-présidente, composée d'Abdou Guèye et de Mme Nanténé Coulibaly de la direction de l'Alerte précoce, de Mme Salimata Thiam, du Centre de la Cedeao pour le développement du genre et de Boubacar Seyni du Bureau national de la Cedeao au Niger, ont également pu visiter le village SOS Enfants de Niamey et prendre part à l'inauguration du Centre de santé pour le bien-être de la mère et de l'enfant de Maradi.

Sénégal

Quand l'industrie de farine de poisson détourne la nourriture et les moyens de subsistance

Greenpeace Afrique demande aux gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest de mettre fin à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.