15 Mai 2019

Gabon: L'enquête sur la disparition de containers de kevazingo se poursuit

Au Gabon, la disparition du port d'Owendo, le 30 avril, de 353 containers pourtant placés sous scellés de la justice, défraie la chronique.

Ces containers avaient été saisis fin février avec près de 5 000 m3 de kevazingo, un bois précieux. Plusieurs administrations sont éclaboussées. Les ONG et la presse ne baissent pas les bras, et la justice bouge également.

C'est le plus grand scandale depuis le début de l'année au Gabon. La presse locale et les Gabonais ne parlent que de cela.

La douane, le ministère des Eaux et Forêts, la direction du port et même des hauts cadres de la présidence de la République sont cités à tort ou à raison dans la disparition de ces 353 containers chargés de kevazingo, essence de bois rare.

Lundi, le président de la République Ali Bongo Ondimba a reçu en urgence son ministre de la Justice, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, et le procureur de la République, Olivier Nzahou, qui a affirmé que des fonctionnaires publics des Eaux et Forêts et des douanes ont activement ou passivement favorisé la disparition de ces containers.

Il a aussi révélé que 200 d'entre eux ont été retrouvés. Olivier Nzahou a par ailleurs annoncé des arrestations dont des Chinois et des Gabonais. La justice recherche activement l'influent entrepreneur chinois François Wu, présumé être le cerveau du scandale.

Le kevazingo est un bois rare, millénaire, mythique et précieux d'Afrique centrale. Menacé de disparition, il est interdit d'exploitation alors qu'il est vendu à prix d'or en Asie.

Gabon

CNAMGS/Validation du nouveau formulaire d'immatriculation

Dans la perspective de la prise en compte des critères liés à la nouvelle définition du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.