Congo-Kinshasa: Chasse aux cabines téléphoniques - Des vendeurs lancent un cri de détresse !

La décision prise par le Gouverneur concernant la chasse aux cabines téléphoniques a déclenché un mécontentement dans le chef de vendeurs de la ville de Kinshasa. Que des désolations sont à lire dans les yeux de ces vendeurs.

Sur le rond-point huileries, par exemple, cette décision du Gouverneur Gentiny Ngobila est prise comme une surprise par des vendeurs de ce coin. « Nous avons été surpris de voir des policiers venir nous chasser dans nos lieux de travail sans aucun avertissement préalable», s'est exclamé Arsène Sengi Manzenge, propriétaire d'un petit shop téléphonique.

Les activités sont quasi paralysées dans les coins les plus mouvementés de la capitale, ces deux derniers jours. Cabines téléphoniques, tables de change de monnaie, tente pour la vente des téléphones et autres types activités qui s'exercent dans des endroits publics sont délogées de leur lieu respectif sur instruction du Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka. Bien que cette mesure soit inscrite dans le cadre de l'assainissement de Kinshasa, certains compatriotes jugent d'inopportune cette décision du premier citoyen kinois d'autant qu'il existe plusieurs autres priorités dont la salubrité de la ville à travers l'évacuation des immondices ainsi que la mise en place de nouvelles décharges publiques.

«Sans avertissement, nous avons été surpris ici de voir un groupe de policiers qui a commencé à détruire nos tables et nos tentes sans aucun avertissement. La meilleure des choses pour l'hôtel de ville serait de s'occuper d'abord de toutes les immondices qui envahissent la capitale et mettre les poubelles publiques partout », a déclaré Arsène Manzenge, tout en invitant le Gouverneur de la ville à trouver une solution quant à ce. Car, a-t-il laissé entendre, qu'il vit grâce à ces activités de vente d'accessoires téléphoniques. « Ça fait plusieurs années que je vends sur le rond-point huileries, on n'a jamais vécu ce genre de situations. Toutes nos activités sont paralysées ce dernier temps alors que notre survie en dépend. Si possible, que le Gouverneur essaye de revoir un peu sa décision, le temps qu'on trouve d'autres endroits où nous installer », a-t-il lancé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.