Congo-Kinshasa: La méfiance complique la lutte contre Ebola

Les attaques se multiplient contre les centres de traitement dans l'est de la République démocratique du Congo, où le virus a déjà tué plus d'un millier de personnes.

Une nouvelle attaque contre un centre de traitement d'Ebola (CTE) a été repoussée dans la nuit de dimanche à lundi (13.05.2019) par l'armée et la police congolaise dans l'est de la République démocratique du Congo.

Un rebelle maï-maï a été tué dans la contre-offensive des forces de sécurité, selon le maire de Butembo, Sylvain Kanyamanda. La lutte contre Ebola est particulièrement difficile dans cette zone du Nord-Kivu où les groupes armés mènent des attaques régulières.

Mais c'est aussi la résistance d'une partie de la population qui empêche les équipes médicales de lutter efficacement contre la propagation du virus.

Celui-ci a pourtant déjà fait de nombreuses victimes. Depuis le début de l'épidémie, en août 2018, 1.680 cas ont été recensés, dont 1.592 confirmés et 88 probables. Et au moins 1.029 personnes ont succombé à la fièvre hémorragique.

Le docteur Babou Rukengeza est chef d'équipe sur le terrain pour le compte de l'ONG Save the Children. Il revient sur les défis rencontrés au quotidien par les équipes soignantes dont les populations se méfient.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.