16 Mai 2019

Burkina Faso: Arrêté sur la circulation des véhicules poids lourds à Ouaga - La sécurité routière vaut bien un atelier d'appropriation

Le maire de la capitale, Armand Roland Pierre Béouindé, est décidé. Suite aux différents drames humains survenus ces derniers temps dans sa circonscription administrative du fait des mastodontes, il multiplie les initiatives pour rétablir la quiétude dans la circulation routière.

Un arrêté municipal portant réglementation de la circulation et du stationnement des véhicules poids lourds dans la commune de Ouagadougou connaît actuellement une large diffusion. Pour son appropriation par toutes les parties prenantes, un atelier a été organisé le jeudi 16 mai 2019 à l'hôtel de Ville.

Les véhicules de grand gabarit ont endeuillé des familles ouagalaises il y a quelques semaines déjà. Le jeune Anthony Rachid Sawadogo qui fréquentait la classe de 1re au collège de la Salle, a été mortellement fauché par un camion au quartier Tanghin le 23 avril dernier, alors qu'il se rendait aux cours.

Dix jours plus tard, le 3 mai 2019, Sylvie Wend Bouda Moyenga, une brillante élève en 1re E au lycée technique de Ouagadougou, rendait l'âme sous l'échangeur de l'Est lors du passage d'un poids lourd.

Le décompte macabre s'est poursuivi le jeudi 9 du mois courant, avec la mort d'une mère de famille renversée par une remorque au quartier Nioko I.

Les cris de désapprobation ont fusé de partout pour fustiger la situation et exiger que des mesures concrètes soient prises dans l'urgence.

La cause semble entendue par le Conseil municipal de la ville. Un arrêté a été signé le 7 mai 2019 (Cf. L'Observateur Paalga n°9849 du 9 mai 2019) pour une large diffusion. L'atelier de jeudi s'inscrit dans ce cadre.

La mobilisation pour la rencontre, a indiqué le maire, est la preuve que le sujet préoccupe tout le monde et que tous et chacun doivent conjuguer les efforts pour trouver des solutions à la problématique de la sécurité routière à Ouagadougou.

En signant l'arrêté, a-t-il souligné, la municipalité réaffirme son engagement à s'attaquer au phénomène de la circulation des poids lourds dans la capitale à certaines heures.

L'édile a rappelé que dès 2016, des discussions ont été engagées avec l'Etat, les organisations des transporteurs, les chauffeurs routiers, les forces de sécurité et le ministère des Transports, pour anticiper sur l'élaboration de l'arrêté, objet de l'atelier.

Ledit arrêté adopté le 22 novembre 2018 en Conseil des ministres, a relevé le bourgmestre de Ouagadougou, a permis à ses collègues maires des autres communes du Burkina de réglementer la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds dans leurs circonscriptions respectives en tenant compte des réalités.

Le maireArmand Roland Pierre Béouindé et ses collaborateurs sont convaincus qu'il faut agir rapidement, afin que les tragédies vécues ne se reproduisent plus. Cela ne pourra se faire qu'avec le concours et la bonne volonté de tous les citoyens sans exception.

Avec son équipe, il dit ne pas ignorer la complexité du problème auquel il s'attaque. Il reconnaît toutefois que c'est un devoir impératif pour l'autorité qu'il est de protéger les usagers de la route.

En décidant donc d'agir maintenant, martèle le maire Béouindé, le Conseil municipal a choisi d'inscrire son action dans le cadre global de l'amélioration de la mobilité urbaine de Ouagadougou, conformément au programme de son mandat 2016-2021.

La conviction du maire est faite que de la collaboration de tous ses administrés dépend le succès de la mise en application de cet arrêté. C'est pourquoi il n'a pas manqué de faire appel à leur soutien indéfectible.

Burkina Faso

Women Deliver 2019 - Chacun est invité à mettre son pouvoir au profit de l'égalité des sexes

La conférence internationale Women Deliver tenue sur le thème « Pouvoir, progrès changement… Plus »

Copyright © 2019 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.