17 Mai 2019

Cote d'Ivoire: Pour son implication dans la recherche de la paix - Amara Essy distingué Grand Commandeur en Sierra Léone

Pour son implication dans la recherche de la paix en Sierra-Léone, le ministre Amara Essy est élevé à la plus grande distinction honorifique de ce pays. Il a été fait, le 27 Avril dernier, Grand Commandeur dans l'ordre du mérite de la Sierra Léone, à la faveur du 58e anniversaire de l'indépendance de ce pays.

Il a reçu l'insigne de sa distinction des mains du président Sierra-Léonais, Julius Maada Bio, l'un des acteurs en 1994 du processus de dialogue avec Foday Sankoh, le chef de la rébellion du Ruf.

Une autre médaille qui met en lumière les mérites du diplomate chevronné qui a fait et continue de faire la fierté de la diplomatie ivoirienne.

Le ministre Amara Essy, faut-il l'indiquer, fut celui qui a amené Foday Sankoh, le chef de la rébellion la plus sanguinaire à l'époque (lui et ses hommes ont à leur passif plus de 120 mille personnes lâchement assassinées et des milliers de mutilés), à la table de négociation avec Maada Bio qui avait accédé au pouvoir suite à un putsch.

Avant que l'accord de paix signé à Yamoussoukro ne soit obtenu en présence du président Henri Konan Bédié en 1994, il a fallu au président de la 49e session de l'Assemblée générale des Nations Unies d'user de courage et d'abnégation pour aller chercher Foday Sankoh, au fin fond de la jungle après des tractations, au prix de plusieurs heures de marche dans la forêt noire après l'atterrissage de l'hélicoptère et des risques énormes.

« Je suis allé sans garde du corps. J'étais avec quelqu'un de la Croix rouge. Pendant trois heures, on a marché dans la forêt noire. C'était très angoissant. Parvenus à un cours d'eau, les gens qui sont venus nous chercher à l'hélicoptère pour nous conduire vers Foday Sankoh ont demandé qu'on le traverse. J'ai dit non.

Alors, ils ont préconisé qu'on contourne le cours d'eau. Et là, il y avait une colline qu'on devrait escalader.

Il avait plu et donc, c'était très glissant. J'ai ainsi glissé et je me suis déchiré les ligaments du genou (il porte encore les séquelles) », nous a dit le diplomate qui, hier à son domicile, nous a fait l'honneur de nous recevoir et nous faire le récit de son périple dans la forêt sierra léonaise.

« Il a fallu du courage au président Maada Bio pour comprendre l'avis contraire de ses frères d'armes qu'il fallait négocier avec la rébellion de Foday Sankoh pour trouver la paix en Sierra Léone », a renchéri le ministre Amara Essy.

Cote d'Ivoire

Les évêques de Côte d'Ivoire lancent un appel à la paix

À mesure qu'approche la présidentielle de 2020, les discours politiques se durcissent et font grandir… Plus »

Copyright © 2019 Le Nouveau Réveil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.